Monde

Barack Obama fait machine arrière sur la Palestine

Élévation au statut d’État non membre des Nations unies

Céline Tabou / 13 novembre 2012

Nabil Abou Roudeina, le porte-parole du président palestinien Mahmoud Abbas, a annoncé que le président américain Barack Obama avait exprimé au dirigeant palestinien son opposition à la demande d’élévation de la Palestine au statut d’État non membre des Nations unies.

Le 27 septembre, le président palestinien avait officialisé son projet de faire voter par l’Assemblée générale des Nations unies l’élévation de la Palestine au rang d’État non membre de l’ONU. Face à lui, Israël et les États-Unis s’opposent à ce projet, affirmant qu’un État palestinien ne peut résulter que de négociations de paix, qui sont gelées depuis 2010. La majorité simple des voix est nécessaire pour que la demande de la Palestine soit validée, cependant, les États-Unis veulent l’aboutissement de négociations directes avec Israël.

Opposition des États-Unis

Le président américain réélu le 7 novembre s’était positionné pour la demande palestinienne lors de sa première campagne électorale, mais aujourd’hui, il fait marche arrière et annonce son opposition. « Le Président Obama, pour sa part, a exprimé l’opposition des États-Unis à la décision d’aller à l’Assemblée générale des Nations unies », a précisé le porte-parole, Nabil Abou Roudeina.

Lors d’une conversation téléphonique, le Président Mahmoud Abbas a réexpliqué les raisons et les motivations de la décision palestinienne d’aller à l’ONU pour obtenir le statut d’État non membre, « dont la poursuite de la colonisation et des agressions israéliennes contre les citoyens et leurs biens », a-t-il ajouté. En réponse à l’opposition américaine, Mahmoud Abbas a indiqué : « Nous irons à New York malgré les énormes pressions que nous subissons ». Le président de l’Autorité palestinienne a annoncé qu’il demanderait ce mois-ci à l’Assemblée générale de l’ONU la reconnaissance de la Palestine en tant qu’État non membre.

Coupant court aux spéculations sur un report de cette démarche face aux multiples pressions, Mahmoud Abbas a indiqué dans un discours à Ramallah, à l’occasion du 8ème anniversaire de la mort du dirigeant historique palestinien Yasser Arafat, que « la réaction hystérique d’Israël à notre entreprise à l’ONU est due à sa volonté de poursuivre l’occupation, et nous subissons des pressions ces jours-ci de plusieurs parties pour renoncer à cette juste demande, mais nous ne renoncerons pas ».

Ne pas renoncer

« C’est la seule voie pour faire face à l’assaut de la colonisation et sauver la solution à deux États », a indiqué Mahmoud Abbas. De son côté, le secrétaire général de la Ligue arabe, Nabil al-Arabi, présent à la cérémonie, a apporté son soutien à cette « action importante pour affirmer les droits des Palestiniens sur leur terre, à l’issue de laquelle les Territoires palestiniens seront considérés comme un pays sous occupation ».

Le projet de résolution « réaffirme le droit du peuple palestinien à l’autodétermination » sur les bases des lignes d’avant la guerre de 1967 et demande à l’Assemblée générale, où la majorité simple requise lui semble acquise, d’accorder à la Palestine le statut d’État non membre. D’après les agences de presse, le document met en avant « le besoin urgent d’une reprise et d’une accélération des négociations » de paix bloquées depuis septembre 2010. Les autorités israéliennes ont annoncé leurs intentions de contrer le projet palestinien, sous couvert de vouloir mettre en place des « perspectives de paix ».

Céline Tabou


Kanalreunion.com