Monde

Barack Obama officiellement Président des États-Unis

Devant 700.000 personnes à Washington

Témoignages.re / 22 janvier 2013

Le Président Barack Obama a prêté serment, dimanche 20 janvier, à la Maison-Blanche. Élu pour un second mandat, Barack Obama a de nouveau prêté serment devant des centaines de milliers de personnes rassemblées face au Capitole. Il y prononça un discours dévoilant sa vision pour les quatre années à venir.

Le président prend fonction dans un contexte moins difficile qu’en 2009, lors du pic de la crise économique et financière. Ce dernier ne devrait pas parler de la situation extérieure, mais rassurer les classes populaires et moyennes qui ont massivement voté pour lui.

Parmi les dossiers épineux, l’impasse budgétaire, le vote des restrictions sur les ventes d’armes à feu et la réforme des lois sur l’immigration, a précisé David Plouffe, conseiller principal de la Maison-Blanche, qui a indiqué que l’intervention de Barack Obama « sera un discours d’espoir » . Jouissant d’une cote de confiance de 51%, selon une enquête du “New York Times”, le président doit faire face aux critiques sévères sur sa gestion de l’économie et en particulier des déficits, et cela en dépit de sa nette réélection le 6 novembre face au républicain Mitt Romney.

De nombreux défis à relever

Le président se dit « impatient » de travailler « avec les dirigeants des deux partis pour relever des défis que nous ne pouvons résoudre qu’ensemble, réduction de notre déficit, réforme de notre système fiscal, révision de notre système d’immigration, émancipation du pétrole étranger », a déclaré Barack Obama.

Le président avait promis de relever les impôts des plus riches, parvenant à faire plier les républicains. Or, d’ici fin mars, il devra de nouveau négocier avec eux sur un relèvement du plafond de la dette et sur des réductions des dépenses fédérales. Pour Ian Millhiser, du Center for american progress action fund , cité sur Euronews, Barack Obama devra faire voter le projet de loi sur le budget, auquel cas les États-Unis encourent le défaut de paiement, ce qui aura des conséquences catastrophiques sur toute l’économie mondiale.

« Tout le monde comprend bien qu’on ne peut pas jouer au plus malin avec l’économie mondiale. Et tout récemment, pour la première fois dans l’histoire américaine, en 2011, les républicains de la Chambre en ont fait un point de levier. Et je pense qu’il est très important que le Président Obama trouve un moyen de leur enlever cette habitude » , a expliqué ce dernier.

Lors de sa seconde investiture, devant plus de 700.000 Américains, Barack Obama a indiqué que le pays était au beau milieu de la crise, un fait « désormais bien compris ». « Notre nation est en guerre contre un vaste réseau de violence et de haine. Notre économie est gravement affaiblie, conséquence de la cupidité et de l’irresponsabilité de la part de certains, mais aussi de notre échec collectif à faire des choix difficiles et à préparer la nation à une nouvelle ère. Des maisons ont été perdues, des emplois détruits, entreprises fermées » , a ajouté le président.

Redonner espoir aux Américains

Rappelant les thèmes phares de ses campagnes, il a réaffirmé le coût élevé du système de santé, la défaillance du système scolaire, et « la façon dont nous utilisons l’énergie renforce nos adversaires et menace notre planète ». Barack Obama a évoqué la « perte de confiance à travers notre pays, une crainte tenace que le déclin de l’Amérique est inévitable, que la prochaine génération doive diminuer ses ambitions ».

Le président américain a pointé du doigt les civilisations créatrices du peuple américain : « Nous sommes façonnés par chaque langue et civilisation, venues de tous les coins du monde, et parce que nous avons goûté à l’amertume de la guerre civile et de la ségrégation, et émergé de ce chapitre plus forts et plus unis, nous ne pouvons pas nous empêcher de croire que les anciennes haines vont un jour disparaître, que les frontières tribales vont se dissoudre, que pendant que le monde devient plus petit, notre humanité commune doit se révéler, et que l’Amérique doit jouer son rôle dans l’avènement d’une nouvelle ère de paix », a-t-il déclaré.

Conforme aux prévisions des commentateurs, le discours de Barack Obama s’est concentré sur les problèmes internes au pays : bilan économique depuis 2009, perspectives économiques et financières, mesures phares à mettre en place, et particulièrement tous « les défis auxquels nous faisons face sont réels. Ils sont sérieux et ils sont nombreux. Ils ne seront pas faciles à relever dans un court laps de temps. Mais sachez ceci : Ils seront accueillis ».

Pour conclure, le président réélu a promis d’être aux côtés des plus pauvres « pour que vos fermes prospèrent et que l’eau potable coule, de nourrir les corps affamés et les esprits voraces ». Il a également indiqué que les Américains ne pouvaient plus «  consommer les ressources planétaires sans nous soucier des conséquences. Car le monde a changé et nous devons changer avec lui » , a-t-il conclu.

Céline Tabou


Kanalreunion.com