Monde

Boko Haram de plus en plus sur les pas de l’État islamique

Prise de contrôle de vastes territoires

Témoignages.re / 7 octobre 2014

Une récente vidéo de Boko Haram montrant la décapitation du pilote apparemment capturé d’un avion de guerre nigérian porté disparu dans le Nord-est du pays, si elle est authentique, indique un dangereux tournant pris par le groupe terroriste dans son imitation de l’État islamique en Irak et au Levant (EIIL).

Bien que l’armée nigériane ait contesté l’identité de l’homme figurant dans la vidéo de Boko Haram, la presse locale l’a identifié comme le commandant d’escadre, Chimda Hedima et a publié ses photos sur tout le territoire.
La décapitation présumée de M. Hedima est l’indication la plus claire que Boko Haram se considère désormais comme un clone de l’EIIL, d’où son imitation croissante de l’État islamique.
Depuis que l’EIIL a commencé à s’emparer de territoires en Irak et en Syrie et qu’il a décrété un Califat, avec la décapitation de plusieurs otages occidentaux, Boko Haram semble avoir changé son modus operandi pour s’inspirer de l’EIIL.
Le groupe insurgé nigérian a soudainement commencé à s’emparer de villes et villages dans le Nord-Est, où il est le plus actif et a déclaré un Califat. Il a désormais ajouté la décapitation à sa liste d’atrocités qui comprend les attentats à la bombe sans discernement et les enlèvements.
Ce développement a forcé certains à se demander s’il y a un lien entre Boko Haram et l’EIIL.
« Boko Haram, Al-Shabab et l’EIIL sont des ramifications de la même branche », a déclaré le professeur Ishaq Akintola, directeur de l’ONG nigériane, Muslim Rights Concern (MURIC).
Selon lui, « ils sont le produit des hostilités occidentales contre l’Islam, car la plupart de ces groupes sont issus comme Al-Qaïda de l’endoctrinement ».
« Il faut se rappeler qu’Al-Qaïda est un produit des États-Unis qui l’utilisait, mais quand ces groupes ont découvert qu’ils étaient utilisés contre des nations islamiques, ils ont commencé à se retourner contre l’Amérique et ils veulent affirmer leur autorité, leur propre identité séparée », poursuit le professeur Akintola.


Kanalreunion.com