Monde

Chômage record en Europe

L’aggravation de la crise

Céline Tabou / 4 avril 2012

La direction générale de la Commission européenne chargée de l’information statistique à l’échelle communautaire, Eurostats, a annoncé un nouveau record du chômage dans la zone euro et les 27 membres de l’Union européenne.

Dans la zone euro, le taux de chômage s’est établi à 10,8% en février 2012, comparé à 10,7% en janvier. Il était de 10,0% en février 2011. Dans l’UE27, le taux de chômage s’est élevé à 10,2% en février 2012, comparé à 10,1% en janvier. Il était de 9,5% en février 2011.
Le taux de chômage n’avait jamais été aussi élevé depuis juin 1997, avant la création de la zone euro, a indiqué lundi l’office européen de statistiques, Eurostat, lors d’un point presse. Il s’agit du dixième mois de suite au cours duquel le chômage a atteint ou dépassé le seuil de 10%. Selon les estimations d’Eurostat, 24,550 millions d’hommes et de femmes étaient au chômage en février 2012 dans l’UE27, dont 17,134 millions dans la zone euro. Par rapport à janvier 2012, le nombre de chômeurs a augmenté de 167.000 dans l’UE27 et de 162.000 dans la zone euro. Comparé à février 2011, le chômage s’est accru de 1,874 million dans l’UE27 et de 1,476 million dans la zone euro.

La crise sociale s’enracine

Au moment où la crise financière se clame, la crise sociale s’enracine dans les pays du sud de l’Union européenne. L’Espagne est parmi les états les plus touchés par le chômage, avec le taux le plus élevé, à 23,6% en décembre 2011. Il s’agit du huitième mois consécutif de hausse, le chiffre publié annonce 4.750.867 demandeurs d’emploi. En pleine récession, le pays va de nouveau subir un nouveau plan de rigueur, sans précédent, prévoyant 27,3 milliards d’euros d’économies. Selon ses chiffres, la dette publique atteindra 79,8% du PIB à la fin 2012. Les perspectives restent moroses, « le chômage va continuer à augmenter parce qu’il faudrait une croissance autour de 1,4% ou 1,5% pour créer des emplois et que cela ne nous semble pas réalisable avant 2014 », commente l’économiste de Citi, Guillaume Menuet, dans "Les Echos".
En Grèce, l’économie nationale devrait se contracter de 5% cette année et un actif sur cinq sera au chômage, compliquant les efforts d’Athènes pour réduire le déficit budgétaire. Suivant l’Espagne, le pays connait un taux de chômage de 21,0% en décembre 2011. D’après Jennifer McKeown de Capital Economics, cité dans "Les Echos", « la flambée du chômage dans les pays du sud tient en grande partie à des facteurs structurels mais reflète également les conséquences douloureuses des mesures draconiennes imposées » afin de réduire les déficits suite à la crise de la dette.

Des politiques gouvernementales douteuses

Parmi les États membres dont les taux de chômage sont les plus bas, l’Autriche table avec 4,2% de chômeurs, les Pays-Bas, 4,9%, le Luxembourg, 5,2% et l’Allemagne abrite 5,7% demandeurs d’emploi. En dépit de ces chiffres, les économistes prévoient une dégradation de la situation cette année. Le chômage dans la zone euro a atteint son plus haut niveau depuis une quinzaine d’années, avec plus de 17 millions de sans-emploi. « Nous nous attendons à ce qu’il continue à monter, pour atteindre 11% (dans les pays de la zone euro, NDLR) avant la fin de l’année », a commenté Raphaël Brun-Aguerre, économiste de JP Morgan à Londres à l’agence de presse, Reuters.
« Il y a des suppressions d’emploi dans le secteur public, les revenus baissent, la consommation est atone. La perspective de croissance économique est négative et va renforcer le chômage », a-t-il ajouté. De plus, des doutes persistent chez les économistes qui sont partagés sur l’efficacité des politiques d’austérité adoptées par les gouvernements européens pour réduire leur dette. En effet, la crise économique a freiné les recettes fiscales, le pouvoir d’achat des consommateurs et la confiance des investisseurs se sont effondrés en 2011. Les perspectives des instances européennes et internationales restent sombres, notamment en ce qui concerne la relance de la croissance et le taux de chômage en berne.

Céline Tabou

Les Jeunes, premières victimes du chômage

D’après Eurostats, en février 2012, 5,462 millions de jeunes de moins de 25 ans étaient au chômage dans l’UE27, dont 3,272 millions dans la zone euro. Par rapport à février 2011, le nombre de jeunes chômeurs a augmenté de 262.000 dans l’UE27 et de 106.000 dans la zone euro. En février 2012, le taux de chômage des jeunes s’est élevé à 22,4% dans l’UE27 et à 21,6% dans la zone euro. L’an dernier au même mois, le taux de chômage était respectivement de 21,0% et 20,5%. Les femmes sont également les plus touchées, entre février 2011 et février 2012, le chômage s’est accru de 10,3% à 11,0% dans la zone euro et de 9,6% à 10,2% dans l’UE27. A la différence des hommes, le taux de chômage a augmenté de 9,7% à 10,7% dans la zone euro et de 9,4% à 10,1% dans l’UE27.


Kanalreunion.com