Monde

Construction du barrage de la Renaissance : accord entre Egypte, Soudan et Ethiopie

Pacte signé par trois pays

Témoignages.re / 24 mars 2015

Les dirigeants soudanais, égyptiens et éthiopiens ont procédé lundi, à la signature d’un accord sur la construction de l’énorme barrage éthiopien de la Renaissance.

Le président soudanais, Omar Bashir, le président égyptien, Abdul Fattah Al-Sisi et le Premier ministre éthiopien, Haile Mariam Dessalgn, ont signé un accord pour la construction du barrage de la Renaissance en Ethiopie, lors d’une cérémonie au Palais de la république nouvellement construit à Khartoum, déclarant leur engagement à travailler ensemble et à coopérer pour le bien de leurs peuples en particulier et de la région au sens large.

L’Ouganda, le Rwanda et le Soudan du Sud ont envoyé des représentants de haut niveau à la cérémonie.

Dans une déclaration avant la cérémonie de signature, le Premier ministre Dessalegn a déclaré que l’Ethiopie est engagée à coopérer pleinement avec l’Egypte et le Soudan sur tous les aspects liés à l’eau du Nil dans la région.

Il a déclaré que l’accord soulignera que la construction du barrage est « une situation gagnant-gagnant » pour tous les trois pays, affirmant que le projet ne nuira à aucun des deux pays ou à leurs populations.

Al Sisi de l’Egypte a déclaré que son pays s’est appuyé, non seulement sur le Nil pour sa seule source d’eau, mais que le « Nil est la vie de l’Egypte » et que par conséquent, lorsque ce barrage était sur le point de commencer, il a clairement indiqué que les Éthiopiens ont le droit de se développer, mais doivent prendre en considération le fait que la vie de l’Egypte dépend du Nil.

« Historique et sans précédent »

Il a déclaré qu’ils ont convenu de coopérer pleinement avec les deux autres pays que le barrage n’affectera aucun d’eux et qu’il sera bénéfique à plus de 200 millions de personnes vivant dans les trois pays.

M. Béchir a déclaré qu’en signant, le principe de la façon de travailler ensemble sur le développement de projets qui seront bénéfiques à tous et ne nuiraient à aucun, les trois chefs d’Etat ont pris la bonne décision vers une meilleure coopération dans la région.

C’est « une étape bénie sur la route pour cimenter la coopération entre nos peuples et de renforcer la confiance et l’assistance mutuelle d’une manière qui se reflète positivement sur la stabilité, la sécurité et la coopération économique ».

Il a souligné que c’est la première fois que les Etats africains soient seuls ensemble et trouvent un accord sans avoir à recourir à des étrangers pour régler leurs problèmes internes.

Il a qualifié l’accord d’« historique et sans précédent » dans les relations entre les trois pays et les pays de la région.

« En signant cet accord, nous avons mis la base que la coopération est le seul moyen » pour améliorer la vie des peuples des trois pays et de la région.

6000 megawatts

L’objectif principal derrière la construction du barrage est de produire de l’électricité. Il est conçu pour produire 6 mille mégawatts à partir de 16 turbines réparties entre deux stations. Le barrage se classe au huitième rang dans le monde entier en ce qui concerne sa production d’hydro-électricité. Le premier barrage est le chinois des trois détroits qui produit 22 500 mégawatts.

Selon les statistiques publiées par l’Unité du barrage, la capacité de stockage globale du barrage de la Renaissance est de 74 milliards de mètres cubes (dont 60 milliards de stockage direct). Le lac couvre une superficie de 1800 mètres et s’étend sur 246 km, avec la hauteur maximale du barrage atteignant 145 mètres. Le barrage produit 15 700 gigawatt/h par an.

En revanche, la capacité de stockage du barrage de Merowe s’élève à 12 milliards de mètres cubes et la capacité égyptienne de stockage du haut barrage s’élève à 162 milliards de mètres cubes, tandis que la zone couverte par le lac créé par le barrage de Merowe s’élève à 800 km carrés et les couvertures du haut barrage, 6 mille kilomètres carrés.

Le lac créé par le barrage de Merowe s’étend sur 176 km contre 500 km pour le lac du Grand barrage. Le maximum le plus élevé pour le barrage de Merowe s’élève à 67 mètres contre 110 mètres pour le Haut barrage égyptien. Le Barrage de Merowe produit 5600 gigawatt/h chaque année contre 10 mille Gigwatt/h par an pour le Haut barrage. (un gigawatt équivaut à un million de kilowatts).

Le barrage devrait produire de l’énergie électrique propre, soit trois fois l’énergie produite par toutes les stations électriques soudanaises actuelles. Cela donnera un énorme coup de pouce au processus de développement dans les trois Etats et donc aidera à y créer la stabilité sociale, politique et la sécurité.


Kanalreunion.com