Monde

De nouveaux systèmes alimentaires pour mettre un terme à la faim

815 millions de personnes ont souffert de la faim en 2016

Témoignages.re / 14 octobre 2017

Les sociétés et les consommateurs doivent intensifier leurs efforts afin de réorganiser les systèmes alimentaires à travers le monde, au moment où la faim et le taux d’obésité sont tous les deux en hausse », a déclaré M. José Graziano da Silva, directeur général de la Fao, aux délégués du Comité de la sécurité alimentaire mondiale (Csa).

JPEG - 69.4 ko

Environ 815 millions de personnes ont souffert de la faim en 2016. Par ailleurs, de plus en plus d’adultes et d’enfants deviennent obèses dans les pays développés et en développement », a-t-il noté.

« Cela peut compromettre les générations futures », a-t-il affirmé tout en appelant à ce que des « politiques plus actives » soient mises en œuvre afin de participer à la création de systèmes alimentaires durables. « C’est une tâche gigantesque que les gouvernements, à eux seuls, ne peuvent accomplir », a-t-il déclaré lors de la 44e session plénière du Csa qui a débuté lundi.

Le Comité a promulgué des directives phares liées au foncier, aux investissements responsables dans l’agriculture, ainsi que des directives sur la sécurité alimentaire et la nutrition lors de crises prolongées. Les politiques de cette année mettront l’accent sur la foresterie et l’urbanisation durable, tandis que le Panel d’experts de haut niveau publiera un nouveau rapport sur la nutrition et les systèmes alimentaires.

Il est essentiel d’associer le secteur privé aux efforts du Csa étant donné qu’il joue un rôle spécial en veillant à ce que à ce que les produits alimentaires soient plus sains, que des règles claires sur les publicités des produits alimentaires soient édictées et que les consommateurs soient bien informés de la composition et de la qualité des aliments qu’ils consomment, a expliqué M. José Graziano da Silva.

« La famine peut réapparaître »

Il a également annoncé que la Fao et l’Organisation mondiale de la santé co-organiseront une Conférence internationale sur la sécurité alimentaire au début de l’année 2019, sur la base des discussions tenues lors de la deuxième conférence internationale sur la nutrition (Cin2) organisée en 2014.

« Mettre un terme à la faim, parvenir à la sécurité alimentaire et améliorer la nutrition nécessitent une cohérence et une coordination politique entre les différents acteurs et secteurs - c’est ce que nous faisons ici au Csa », a souligné la présidente du Csa Amira Gornass,

« La famine peut réapparaître et revenir encore plus fort qu’avant », a mis en garde M. Gilbert F. Houngbo, président du Fonds international de développement agricole. Seuls des stratégies et des investissements sur le long terme peuvent mettre fin à la faim et à la pauvreté et prévenir leur retour. C’est ça la durabilité ».

« Nous devons élever nos efforts à un échelon supérieur », a précisé M. David Beasley, directeur exécutif du Programme alimentaire mondial, tout en ajoutant que les donateurs partagent la responsabilité du développement d’interventions effectives et efficaces avec les organisations onusiennes.