Monde

Des Palestiniens obligés de louer leurs terres aux colons

Moyen-Orient

Témoignages.re / 8 août 2013

A cause d’un partage des eaux privilégiant les colons israéliens, les Palestiniens n’arrivent plus à travailler sur leurs terres et sont obligés de les louer aux colons. C’est ce qu’indique un article paru dans le journal israélien "Haaretz", dont voici quelques extraits.

C’est ce qui se passe en Cisjordanie, et notamment dans la Vallée du Jourdain, à cause du manque de terres cultivables, confisquées pour les colons, et de la pénurie d’eau qui touche les Palestiniens, tandis que les colons ont autant d’eau qu’ils veulent. Lire l’article d’Amira Hass.

Des colons dans la Vallée du Jourdain louent une partie de leur terre aux Palestiniens de la région, mais des deux côtés, on préfère garder l’affaire secrète. Selon des sources israéliennes officielles, les autorités ne seraient pas au courant et expliquent qu’il s’agit de « cas isolés ».

Les Palestiniens se retrouvent obligés de louer la terre des colons vu la pénurie de la terre et de l’eau provoquée par la politique israélienne dans la Vallée du Jourdain et à cause des restrictions concernant la commercialisation de leurs produits.

Cette transaction va à l’encontre même des règles émises par le Conseil régional de la Vallée du Jourdain et le Département des Colonies de l’Organisation Sioniste Mondiale qui en pratique détient la majorité des terres agricoles de l’État dans la Vallée du Jourdain. Les règlements émis par ce Conseil interdisent de louer la terre à d’autres citoyens. Mais cette terre agricole est la terre qu’Israël a confisquée par différents moyens aux Palestiniens, puis attribuée à des colons dans la Vallée du Jourdain.

Le journal “Haaretz” a interrogé en différents endroits de la Vallée du Jourdain une dizaine de Palestiniens qui louent la terre d’un certain nombre de colonies. Quelques-uns d’entre eux ont d’abord caché le fait qu’ils louaient et disaient qu’ils étaient employés auprès des Israéliens qui possédaient la terre.

Nombre d’entre eux ont dit que cette pratique existait depuis les années 90, quand Israël a institué les permis pour voyager, qui ont limité leurs déplacements. Cette politique s’est étendue dans les années 2000 avec la clôture du marché du travail israélien pour la majorité des résidents de Cisjordanie. La taille des terres louées aux Palestiniens oscille de quelques dunams à des centaines de dunams.

Riche en eau

La Vallée du Jourdain est particulièrement riche en sources. L’Autorité palestinienne voit cette région comme le futur grenier de l’État palestinien, une région où ils pourront s’établir et se développer, en suivant l’exemple de la Jordanie. Mais sous les Accords d’Oslo, Israël continue à contrôler les ressources en eau de la Cisjordanie : il définit les quotas en eau pour les Palestiniens en utilisant son véto sur toute nouvelle construction de puits par les Palestiniens, et refuse d’approuver la reconstruction des puits qui ont été détruits.

Une grande partie du forage d’eau d’Israël en Cisjordanie, 69% environ, se trouve dans la Vallée du Jourdain. L’eau de ces puits est utilisée par les colonies dans la Vallée du Jourdain, sauf pour quelques villages palestiniens dans le Nord et centre de la Vallée du Jourdain où les puits ont été séchés par le forage israélien et qui maintenant obtiennent un quota de la Compagnie Nationale des Eaux Mekorot, un quota qui diminue année après année.


Kanalreunion.com