Monde

« Droits de l’Homme et changements climatiques : les options politiques de l’Union européenne ».

Le lien entre deux concepts

Céline Tabou / 16 octobre 2012

Christel Cournil et Anne-Sophie Tabau ont présenté leur rapport destiné au Parlement européen sur les « Droits de l’Homme et les changements climatiques : les options politiques de l’Union européenne ». Dans un communiqué de presse, les deux chercheuses ont donné une vue d’ensemble de l’état des liens établis entre les droits de l’Homme et les changements climatiques.

A travers une étude de la diplomatie de l’Union européenne dans ces deux secteurs ainsi que leur relation, elles ont analysé « l’effectivité et l’efficacité de l’intégration des considérations climatiques dans la politique extérieure de développement de l’Union européenne ». Au-delà de ces questions, l’étude s’intéresse aux politiques climatiques internes de l’Union européenne et clarifie « la manière dont le droit à l’information du public et à sa participation dans le processus décisionnel apparaît et pourrait évoluer dans le cadre de la politique climatique interne et externe de l’Union européenne ».

De nombreux défis à relever

La politique européenne « si elle choisit d’adopter cette nouvelle approche » des Droits de l’Homme et des changements climatiques rencontrera plusieurs défis : juridique, politique, diplomatique, financière, technique et démocratique. Pour cela, l’institution Union européenne a entamé sa réorganisation avec l’entrée en vigueur du Traité de Lisbonne. Toutefois, l’étude a été démontrée que l’approche des droits humains peut être appliquée dans de nombreux domaines où l’action de l’UE est de plus en plus répandue. Cette étude a également mis en évidence le potentiel d’une meilleure prise en compte des droits de l’homme dans la politique commune en matière d’environnement, de climat et d’énergie. De plus, ces deux secteurs peuvent être aussi pris en compte dans les relations extérieures et les partenariats, l’aide au développement, la coopération, de l’asile et de l’immigration, entre autres.

Les chercheuses ont pointé du doigt la nécessité de faire participer le public et de mettre les informations à disposition de chacun. Dans le domaine des migrations, les politiques d’atténuation, d’aide au développement ou à l’asile « méritent d’être harmonisées. Cela semble encore plus clair en ce qui concerne la politique étrangère en matière des droits de l’homme ou du climat », car « la nécessité d’une Union européenne qui soit véritablement plus proche de ses citoyens va conditionner son efficacité et son influence ». La politique climatique a également été consolidée par l’adoption de l’UE à l’horizon 2020 avec le paquet climat et énergie paquet ainsi que l’inclusion de cet objectif sur une base indépendante dans des documents-cadres.

La politique climatique consolidée

L’étude préconise que « toutes les politiques de l’UE doivent comporter une étude d’impact qui prend en compte à la fois les contraintes environnementales et les droits humains ». Cette dernière a indiqué que « l’émergence d’un véritable climat de démocratie participative, mise en œuvre par le biais de nouvelles structures de participation doit être recherchée ». D’autres dialogues devraient être lancés pour promouvoir la convergence entre les droits de l’homme et les politiques climatiques. Les deux auteurs souhaitent que l’UE continue à être le chef de file sur la scène internationale dans ces deux secteurs : droits de l’homme et changements climatiques.

Enfin, le rapport souligne qu’une coopération internationale sous l’égide de l’ONU devrait être faite et être la priorité de l’UE, car cette coopération bilatérale pourrait contribuer à l’émergence de la relation entre les droits de l’homme et le changement climatique. Les défis posés par la relation entre les droits de l’homme et le changement climatique devront être encadrés dans un fonds, les chercheurs proposent à l’UE d’envisager la création d’un mécanisme qui servirait à financer des projets qui ne causent pas de dommages environnementaux ou portent atteinte aux droits de l’homme des populations concernées. Les auteurs concluent en appelant à la transparence en matière des droits de l’homme et l’égalité face aux changements climatiques et aux droits à l’énergie et aux ressources naturelles.

 Céline Tabou 


Kanalreunion.com