Monde

Ebola : l’OMS annonce la fin de l’urgence de santé internationale

Plus de 11.000 victimes depuis décembre 2013

Témoignages.re / 31 mars 2016

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé mardi que l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest ne constituait plus une menace de santé publique internationale, déclarant la fin de la réaction d’urgence internationale de 20 mois, tout en insistant sur la nécessité du maintien d’un « niveau élevé de vigilance ».

JPEG - 36.4 ko
Photo : Samwar Fallah/IRIN

Le comité d’urgence mis sur pied par la directrice de l’OMS, Margaret Chan, a conclu mardi, lors de sa neuvième réunion, que la situation d’Ebola en Afrique ne constituait plus une urgence de santé publique de portée internationale et que les recommandations temporaires adoptées pour y riposter pouvaient prendre fin, selon un communiqué des Nations unies.

« J’ai accepté l’avis du comité, a déclaré Mme Chan, en notant cependant qu’un niveau élevé de vigilance et de capacité de riposte devait être maintenu pour s’assurer de la capacité des pays à prévenir les infections à Ebola et détecter et réagir rapidement aux flambées d’épidémie à l’avenir.

Chacune de ces récentes flambées a été immédiatement et efficacement contenue.

« La capacité de riposte à Ebola est forte en Afrique de l’Ouest », a-t-elle indiqué, en soulignant que les trois pays les plus touchés - Guinée, Liberia et Sierra Leone - comptaient désormais la plus grande expertise en matière de réaction à Ebola.

Le communiqué révèle que l’OMS a maintenu des centaines de ses personnels expérimentés dans ces trois pays, prêts à contribuer au genre de riposte d’urgence nécessaire pour interrompre rapidement les chaînes de transmission et pour la première fois dans le cas d’une épidémie d’Ebola, les équipes de riposte ont accès à la vaccination comme outil de contrôle puissant.

Il explique qu’avec la forte réduction du nombre de cas, les laboratoires partenaires de l’OMS sont en mesure de séquencer les virus sur les patients individuels. Les données de séquençage sur des virus individuels soutiennent le travail de recherche épidémiologique nécessaire pour déterminer la source des chaînes de transmission avec beaucoup de précision.

Les experts du comité pensent comme l’OMS que d’autres petits foyers de l’épidémie pourraient se déclarer, mais ont conclu que les capacités de riposte nationales et internationales existantes sont suffisantes pour contrôler rapidement ces nouveaux cas et la probabilité d’une propagation internationale par voie aérienne est extrêmement faible, a déclaré Mme Chan.

L’épidémie d’Ebola a fait plus de 11.000 victimes depuis qu’elle s’est déclarée en décembre 2013.


Kanalreunion.com