Monde

Élection au Mali : déroulement satisfaisant

Selon l’Union africaine et les Occidentaux

Témoignages.re / 1er août 2013

Dans l’attente du résultat de l’élection présidentielle de dimanche, des observateurs se disent satisfaits du déroulement du scrutin.

Le chef de la mission d’observation de l’Union africaine (UA), Edem Kodio, a estimé mardi lors d’une conférence de presse à Bamako que l’élection présidentielle du Mali s’est déroulée dans les conditions de transparence et d’équité, et il a encouragé à attendre les résultats dans le même esprit de sérénité qui les a animés pendant toutes les phases préélectorales.

Il a invité à véhiculer des messages de paix et de recourir à toutes les voies légales et réglementaires en cas de contestations éventuelles sur certains aspects du processus électoral. 

M. Kodio a salué la retenue et le consensus des partis politiques et des candidats pendant le processus électoral.

Il a noté que le scrutin s’est déroulé dans le calme sur toute l’étendue du territoire même si des insuffisances ont été constatées avant et pendant l’élection présidentielle.

"La carte NINA qui n’était pas initialement la carte devant servir de carte d’électeur, l’orientation des électeurs, la localisation des bureaux de vote, la consultation des listes électorales simultanément par les votants et ceux qui veulent voir si leurs noms figurent sur cette même liste a créé une certaine confusion, mais sans incident majeur", a ajouté le chef de mission d’observation de l’Union africaine.

Les observateurs de l’UA ont noté une importante représentation des femmes en qualité d’agents électoraux, de mandataires ou d’observatrices. 

M. Kodio a félicité le peuple malien pour sa mobilisation exemplaire et le comportement civique et responsable qu’il a affiché lors de cette élection.

Pour sa part, l’Union européenne a déployé une centaine d’observateurs. Sa réaction est convergente avec celle de l’Union africaine. Elle s’est réjouie de la forte mobilisation du peuple malien à l’occasion du premier tour de l’élection présidentielle de dimanche dernier qui, estime-t-elle, atteste de "sa volonté de tourner la page, de restaurer l’ordre constitutionnel et de reprendre son destin en main".
Dans une déclaration transmise mardi à la presse à Bruxelles, l’UE salue "l’immense travail" conduit par le gouvernement de transition du Mali pour permettre "la tenue d’un scrutin crédible et transparent", tout en l’encourageant à poursuivre la tâche "dans l’impartialité, la transparence".
L’UE promet de soutenir le nouveau gouvernement élu du Mali dans ses efforts "pour promouvoir une paix durable, la réconciliation nationale et la relance du développement à travers l’ensemble du territoire malien".

Washington fait la même analyse.

Dans un communiqué diffusé mardi, le Département d’État américain salue la "participation enthousiaste" au premier tour de ce scrutin. "Nous félicitons le gouvernement intérimaire pour l’organisation de cette élection transparente et inclusive. Bien que les observateurs locaux et internationaux aient fait part de difficultés techniques mineures, le vote s’est déroulé pacifiquement partout au Mali avec un taux de participation élevé", note le Département d’État.
"Cette élection représente un pas important pour le retour du Mali à l’ordre constitutionnel et favorise les progrès vers la réconciliation nationale", estime Washington.
Les États-Unis exhortent les candidats à régler tout litige par le biais des mécanismes juridiques appropriés.

L’ancien Premier ministre en tête

Le ministre malien de l’Administration du territoire et de la Décentralisation, le colonel Moussa Sinko Coulibay, a déclaré mardi à Bamako que les 1/3 du dépouillement des bulletins de vote effectués jusqu’ici donnent une avance confortable au candidat du Rassemblement pour le Mali (RPM) Ibrahim Boubacar Kéita qui devance nettement son poursuivant direct Soumaila Cissé, le candidat de L’Union pour la République (URD) et Dramane Dembélé de l’Alliance pour la démocratie au Mali (ADEMA). Il a affirmé que si cette tendance se poursuit, il n’y aura pas de 2e tour, car le candidat Ibrahim Boubacar Kéita est largement en tête avec plus de 50 pour cent des voix.


Kanalreunion.com