Monde

Enterrer les victimes d’Ebola au Liberia

L’épidémie continue en Afrique de l’Ouest

Témoignages.re / 16 septembre 2014

Alors que le nombre de victimes d’Ebola ne cesse d’augmenter au Liberia, les membres des équipes d’enterrement doivent composer avec les risques physiques et les traumatismes qui vont de pair avec l’inhumation sécuritaire des morts. Ils sont par ailleurs souvent confrontés à la colère des populations locales. Extrait d’un article d’IRIN.

JPEG - 34.9 ko
Des personnes sont formées pour enterrer les victimes d’Ebola. Mais ce travail est très traumatisant. (photo EPA/IRIN)

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Ebola avait fait 1224 victimes au Liberia en date du 6 septembre. Soixante-huit pour cent de ces décès sont survenus au cours des trois dernières semaines. On s’attend par ailleurs à ce que le nombre de cas continue d’augmenter dans l’ensemble du pays. Quatorze comtés sur 15 ont en effet signalé des cas d’Ebola, même si la majorité ont été recensés dans la capitale, Monrovia.

Les équipes d’enterrement du gouvernement et du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) avaient d’abord pris la responsabilité d’inhumer les morts, mais elles n’ont pas réussi à répondre aux besoins croissants et ont dû demander aux membres de la communauté d’assumer cette tâche difficile. Marcus Speare dirige une équipe d’enterrement principalement composée de jeunes hommes dans le comté de Margibi (voisin du comté de Montserrado).

Les équipes sont formées par le CICR et le ministère de la Santé et leurs membres touchent 300 dollars par mois.

Du matin au soir, le téléphone de M. Speare ne cesse de sonner. Ses interlocuteurs lui demandent de venir récupérer d’autres dépouilles. « Nous n’arrêtons jamais. Mon téléphone sonne constamment, et c’est la même chose tous les jours. En ce moment, nous sommes en route pour la communauté de Palmwine Station et Tower Hill pour y collecter des cadavres. Il nous arrive d’être fatigués, mais nous avons fait le choix de faire ce que nous faisons. Nous voulons aider notre communauté. Il ne faut pas que le gouvernement et les partenaires soient seuls à mener ce combat », a-t-il dit à IRIN par téléphone depuis le comté de Margibi.

« C’est trop triste », a-t-il poursuivi. « Nous ramassons toutes sortes de cadavres : des corps d’hommes et de femmes, mais aussi – et c’est ce qui me fait le plus de peine – les corps des enfants innocents qui sont morts de cette maladie… Il est pénible d’enterrer un si grand nombre des siens. C’est trop dur à supporter. »

Crainte et colère

Les membres des équipes sont confrontés au rejet de leurs propres familles et communautés et à la colère et la résistance des familles auxquelles ils tentent de venir en aide – une résistance qui se transforme parfois en violence.

« Notre véhicule a été attaqué à de nombreuses reprises par des gens en colère », a dit M. Speare. « Dans plusieurs foyers, on nous a empêchés de récupérer les dépouilles des morts. On nous dit que nous sommes responsables de la propagation de la maladie. Un groupe de jeunes a lancé des pierres sur l’autobus que nous utilisons pour ramasser les corps. Nous restons cependant très calmes avec ces gens. Nous leur disons que nous nous exposons aussi à des risques en faisant ce travail. Que nous ne faisons qu’aider et qu’il n’est donc pas nécessaire de nous attaquer. »

La police escorte maintenant les équipes jusqu’aux points de collecte des dépouilles.

Sumo Wonder, qui fait partie de l’équipe de M. Speare, a dit à IRIN que ses parents l’avaient chassé de chez lui. « Ils pensent que je vais les contaminer. Pour l’instant, je reste chez un ami. Ils m’ont dit que je pourrais rentrer lorsque la crise d’Ebola serait terminée », a dit M. Wonder à IRIN.

Selon la Croix-Rouge, les membres de ces équipes doivent également composer avec le choc de faire face à autant de décès, y compris ceux d’amis et de parents. Un chauffeur d’une équipe d’enterrement à Kakata, la capitale du comté de Margibi, a dit à IRIN qu’il était épuisé.


Kanalreunion.com