Monde

Expédition en Antarctique pour étudier les effets du changement climatique

Green Cross International et Pax Arctica lancent l’expédition en Antarctique ‘Sur les traces de Shackleton’

Témoignages.re / 26 septembre 2014

La mission commémore l’expédition épique en Antarctique que Sir Ernest Shackleton avait entrepris en 1914. Elle va étudier les effets du changement climatique.

Une expédition de cinq semaines conduite par Pax Arctica, en collaboration avec le Centre national de la recherche scientifique/Université Pierre et Marie (CNRS/UMPC), Laboratoire LOCEAN et Green Cross International (GCI) prendra son départ le 5 octobre 2014 avec le but de sensibiliser la collectivité à l’impact du changement climatique pour les régions polaires et de récolter des données scientifiques, des images et matériel audiovisuel de cette région périphérique.

Luc Hardy conduira une équipe franco-britannique de neuf aventuriers professionnels, guides polaires, scientifiques et sportifs qui retraceront l’expédition de 800 milles que l’explorateur Sir Ernest Shackleton avait effectué entre Elephant Island et l’île de Géorgie du Sud dans la région antarctique.

Luc Hardy avait fondé la plateforme d’expéditions Pax Arctica afin de sensibiliser la collectivité à l’impact du changement climatique pour les régions polaires. Luc est également vice président de Green Cross France et Territoires qui fait partie du réseau de GCI, une organisation non gouvernementale qui adresse les défis globaux interconnecté dans le domaine de la sécurité, la pauvreté et la dégradation environnementale.

Durant cette expédition organisée en partenariat avec GCI seront récoltées des données pour des recherches océanographiques y compris des mensurations de la salinité de l’eau, des poussières atmosphériques et des concentrations de CO2 dans les eaux et courants océaniques afin de mieux comprendre les variations océaniques dues aux changements climatiques.

« Notre équipe essaiera de retracer la route de l’expédition de Shackleton et nous traverserons des glaciers et grimperons sur des pics de montagnes », a expliqué Luc Hardy. « Nous effectuerons aussi des observations de la faune et discuterons nos constatations avec les scientifiques intéressés », a-t-il rajouté.

« Comme les changements climatiques sont en train de modifier les pôles il y a un intérêt grandissant de la part de beaucoup de pays de ces régions stratégiquement importantes. Ceci soulève de nombreux défis par rapport à la sécurité et l’environnement », a commenté Adam Koniuszewski, directeur général de Green Cross International, en saluant l’engagement que beaucoup de gouvernements et de représentants du secteur privé on pris au Sommet sur les changements climatiques de l’ONU à New York. « Des mesures beaucoup plus urgentes sont nécessaires si nous voulons réellement éviter une catastrophe climatique. Agir comme si de rien n’était n’est pas une option », a-t-il conclut.


Kanalreunion.com