Monde

Faites ce que je dis… … et surtout pas ce que j’ai déjà fait et continue de faire !

Témoignages.re / 3 juillet 2012

On est là au cœur d’un mode de "développement" touchant à la folie : molybdène et tungstène sont des terres rares.
La Chine, longtemps accusée d’être l’un des principaux pollueurs (pas par tête d’habitant mais du fait de la masse [Les USA et l’UE, c’est l’inverse]) réalise aujourd’hui des progrès gigantesques en matière de protection environnementale. Et voilà les adversaires du "Copenhague" (sans parler du "Tokyo"), convoquant la Chine parce qu’elle ne veut pas dilapider ses matières premières rares.

Si la situation prêtait à l’ironie, nous pourrions dire que, comme nous le savons tous, les USA, la France, l’Allemagne, le Royaume Uni, pour le développement de leur industrialisation, se sont bien gardés d’utiliser — jusqu’à l’extinction — leurs gisements de charbon, de houille, de fer, cuivre, etc. Ces pays, c’est bien connu, ont toujours songé à préserver ces ressources afin de ne pas en priver leur descendance. Ils ont même poussé le sens de l’environnement et de la solidarité humaine jusqu’à se préoccuper du futur développement des pays émergents.

Si telle était la réalité, nous pourrions parler de merveilleux exemples ! Et, ces pays, après avoir pillé leur sol national ont fait de même dans le reste monde.

Les primo-Américains du Nord (Canada, USA), primo-Américains du Centre et du Sud ont subi la cupidité de ces mêmes Européens quand ils ont déboulé chez eux. Ces Européens se sont-ils abstenus de piller les mines d’or et d’argent ? Pas du tout ! Tout le monde sait que plusieurs centaines de milliers d’aborigènes ont péri du fait de l’utilisation sans précaution aucune du mercure. Quant au nickel néocalédonien, aujourd’hui encore, c’est sans aucune préoccupation environnementale que les exploitants l’extraient et mettent à mal la civilisation Kanak attachée au respect de la Terre. Ce mépris pour une civilisation est d’ailleurs le thème central du film de M. Kassovitz "L’Ordre et la Morale" !

Et, pour rester dans les préoccupations environnementales, qui ne sait — à travers les âges — comment la France a mal géré ses immenses forêts.

C’est pourquoi il est un peu fort de café de voir que des peuples séculairement prédateurs s’arrogent le droit d’interdire le déboisement amazonien, par exemple, ainsi que l’utilisation par la Chine — pour les Chinois et par les Chinois — de leurs matières premières, fussent-elles rares, aux fins du développement de leur industrialisation.

Et pourtant, n’est-ce pas un des proverbes français — vous savez : "la sagesse des nations" — qui proclame : "Charité bien ordonnée commence par soi-même" ?

Est-ce à dire pour autant que le pillage de la planète doive se poursuivre comme il a commencé depuis des siècles ? Certes non, mais il serait bon que ceux qui ont fragilisé leurs pays en pillant d’abord leur sous-sol puis en s’accaparant — par le fer et le feu — les richesses de vastes contrées, fassent profil bas, réfléchissent à l’urgence d’un nouvel ordre économique soutenable à l’échelle planétaire et, sortant enfin des proclamations jamais suivies d’effet, agissent enfin pour le bien commun.

Sinon, ils nous suicideront tous.

Jean Saint-Marc


Kanalreunion.com