Monde

FAO : Soudan du Sud « au bord de la famine »

Appel d’urgence à la Conférence des donateurs

Témoignages.re / 22 mai 2014

« Le Soudan du Sud est au bord de la famine à moins qu’une assistance humanitaire ne soit apportée maintenant à ce pays », ont averti les Nations unies, ce mercredi, à la Conférence des donateurs qui se tient à Oslo (Norvège).

Le directeur général-adjoint des opérations de la FAO, Dan Gustafson, a déclaré au cours de cette Conférence des donateurs pour le Soudan du Sud, organisée à Oslo, la capitale norvégienne, que la situation humanitaire dans le plus jeune Etat du monde s’empire de jour en jour, du fait de causes naturelles et de la responsabilité de l’homme.

« La crise de sécurité alimentaire au Soudan du Sud est en train de prendre des proportions inquiétantes et se dirige vers l’Ouest du pays dans les régions qui étaient moins affectées autrefois », a déclaré M. Gustafson au cours de cette même conférence organisée conjointement par la Norvège et le Bureau des Nations unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA), dans le but de galvaniser et de pousser les pays donateurs à agir le plus rapidement possible en faveur du Soudan du Sud.

3,5 millions de personnes concernées

« Cette situation risque de continuer à prévaloir dans le pays sauf si les cultivateurs ont accès à leurs champs pour y cultiver et que les bergers puissent se rendre avec leurs troupeaux dans leurs pâturages traditionnels », a-t-il ajouté.

Selon le système intégré de classification par phases de la FAO, le baromètre standard pour l’évaluation des conditions de sécurité alimentaire, 3,5 millions de Sud-soudanais sont en train présentement d’expérimenter des niveaux d’urgence d’insécurité alimentaire.

Le message central de la conférence est que : « la paix, la sécurité, la stabilité et un accès humanitaire sans danger des populations, qui incombent à la responsabilité des parties en conflit, sont les facteurs essentiels pour prévenir la famine et soutenir les populations en détresse « .

Le directeur général-adjoint des opérations de la FAO a par ailleurs décerné un satisfecit aux pays qui ont déjà contribué à hauteur de 42 millions de dollars américains dans le but de soutenir la FAO à fournir une aide alimentaire d’urgence et des moyens de subsistance à 1,3 million de personnes au Soudan du Sud, avant de lancer un appel pour la collecte de 66 millions de dollars américains destinés à soutenir les opérations pour le reste de l’année 2014 et pour les premiers mois de l’année 2015.

Mobiliser le maximum de ressources

La FAO concentre présentement ses opérations dans les zones en conflit en travaillant en partenariat avec les autres organisations humanitaires pour pouvoir atteindre les communautés vulnérables se trouvant dans des zones reculées en utilisant des avions et des camions pour acheminer de l’aide considérable aux agriculteurs du pays, aux éleveurs, aux pasteurs et aux pêcheurs pour booster leurs activités de production.

« La FAO préconise une approche combinée pour renforcer la production alimentaire et contribuer à la sécurité alimentaire et à la nutrition dans le pays . Elle préconise également la protection du bétail et les autres moyens de production et exhorte à la mise à la disposition de matériels essentiels pour la production alimentaire dans les zones en conflit et à l’accroissement de la production dans les régions moins affectées pour s’assurer d’une production agricole minimale dans le pays », selon un communiqué de presse de la FAO parvenu à la PANA à Khartoum.

« La FAO a adopté la plupart de ses initiatives pour le développement et a amplifié ses actions de résilience. Notre objectif concernant le Soudan du Sud, est de mobiliser le maximum de ressources pour faire face à la double équation que constitue la crise alimentaire et de nutrition, et de renforcer les moyens de subsistance des producteurs se trouvant dans les autres parties du pays qui ont une production viable mais qui sont vulnérables », a souligné le directeur général-adjoint des opérations de la FAO, M. Gustafson.

D’après le communiqué de presse de la FAO, 64.500 matériels d’aide d’urgence ont été distribués par l’organisation onusienne en charge de l’alimentation et de l’agriculture et 110.000 autres vont être acheminés dans le pays au cours des semaines à venir.

Premiers soutiens

Des semences de culture et de légume distribuées par la FAO vont aider les familles à tirer profit de leurs accès à n’importe quel lopin de terre pour y planter des graines afin de diversifier leur régime alimentaire, alors que les matériels de pêche offerts vont servir de moyens aux pêcheurs pour pêcher dans les fleuves et dans les marécages à la recherche de poissons qu’ils peuvent sécher, fumer et conserver.

Le communiqué de presse de la FAO fait état également de l’importance de protéger le bétail, source d’approvisionnement en lait, puisqu’en cas de crise, les animaux constituent les seules propriétés qui se déplacent souvent avec leurs propriétaires et pouvant servir de sources d’échange en espèces ou pour l’obtention de graines agricoles.

Selon toujours la FAO, un octroi de fonds supplémentaires de la part des pays donateurs, permettrait de soutenir 450.000 ménages au Soudan du Sud en 2014 et 116.000 autres pour les trois premiers mois de l’année 2015.

Les pays qui ont déjà contribué à l’appel à l’aide de la FAO en faveur du Soudan du Sud, sont entre autres, le Belgique, le Canada, le Danemark, le Royaume-uni, les Etats-unis d’Amérique. Les autres donateurs sont, entre autres, le Fonds pour la solidarité africaine (Africa Solidarity Trust Fund), la Commission européenne pour l’aide humanitaire et la protection civile (ECHO) et le Fonds commun humanitaire des Nations unies.

Selon OCHA, quatre millions de personnes au Soudan du Sud seraient en besoin d’aide humanitaire et plus de 1,3 million de personnes auraient fui leurs maisons depuis l’éclatement du conflit en décembre 2013. D’ici à décembre 2014, un Soudanais sur deux serait sévèrement affecté par la crise, a-t-on prévenu de même source.


Kanalreunion.com