Monde

Graves violences pendant les élections en Libye

La crédibilité du scrutin déjà remise en cause

Témoignages.re / 10 juillet 2012

Dans un article paru hier, "l’Humanité" relate des faits montrant que les élections en Libye ne se sont pas déroulées dans les meilleures conditions : 5% des bureaux n’ont pas pu ouvrir et d’autres ont été la cible d’attaques, des urnes ont été dérobées, des registres brûlés, et déjà plusieurs morts à cause de ces violences.

Si beaucoup se félicitent de la bonne tenue des élections et du taux de participation de 60%, de nombreux incidents sont inquiétants et font s’interroger quant à la validité du vote dans certaines provinces.
Plus de 5% des bureaux de vote n’ont même pas pu ouvrir. La principale menace pesant sur les élections vient de la province orientale de Cyrénaïque, berceau du soulèvement contre Mouammar Kadhafi début 2011. A Benghazi, la capitale provinciale, et dans sa région s’est développée une hostilité à l’égard des autorités intérimaires installées à Tripoli, dans l’Ouest. Au moins quatre bureaux de vote ont également fait l’objet d’une attaque, selon des témoins. Des manifestants ont mis à sac l’un d’entre eux. Cherchant à jeter le discrédit sur les élections, ils ont mis le feu aux registres électoraux.
Des urnes ont également été volées. D’ailleurs, un manifestant hostile aux élections a été abattu samedi à Ajdabiya, à environ 160 km au Sud de Benghazi, alors qu’il tentait de dérober une urne dans un bureau de vote, a annoncé un responsable local de la sécurité. Un homme a par ailleurs été touché d’une balle dans le bras et transporté à l’hôpital après un affrontement entre partisans du boycott et partisans des élections.

Des incidents pourtant prévus

Une des principales causes de contestation est la province de Cyrénaïque, représentant l’Est de la Libye, qui ne sera représentée que par 60 élus contre 102 pour l’Ouest du pays. Les manifestants avaient annoncé depuis plusieurs jours leur intention de boycotter le scrutin. Vendredi déjà, un fonctionnaire transportant du matériel électoral s’est fait tuer au Sud de Benghazi.
Mais pour les Occidentaux, ces troubles n’invalident pas pour autant les élections. « Je pense que nous pouvons déjà constater que les problèmes rencontrés se sont produits dans un nombre suffisamment restreint de bureaux de vote, qu’ils ne vont pas remettre en cause la crédibilité générale de l’élection », a déclaré Ian Martin, émissaire de l’ONU en Libye.


Kanalreunion.com