Monde

Hillary Clinton défend la cause des femmes face à la guerre

La ministre des Affaires étrangères des États-Unis en République démocratique du Congo

Témoignages.re / 12 août 2009

Poursuivant sa tournée en Afrique, Hillary Clinton a exhorté lundi le gouvernement du Congo démocratique à s’attaquer aux causes profondes du conflit dans l’Est de la RDC et à cesser d’utiliser les femmes comme "des armes de guerre".

La secrétaire d’État américaine est arrivée lundi à Kinshasa, la capitale, en provenance d’Angola pour un séjour de 48 heures qui devrait inclure une rencontre mardi avec le président Joseph Kabila à Goma, chef-lieu du Nord-Kivu en proie à des violences chroniques.
Évoquant le viol dont sont victimes nombre de femmes en RDC, Hillary Clinton a déclaré : « Ce devrait être une marque d’infamie. Nous devons dénoncer l’impunité dont bénéficient ceux qui occupent des postes de responsabilité et qui, soit commettent ces crimes, soit ferment les yeux ».
Devant des étudiants de l’Université de Kinshasa, elle a ajouté qu’il fallait exercer des pressions à la fois sur le gouvernement congolais et sur ceux des pays voisins comme le Rwanda et l’Ouganda.
La responsable de la diplomatie américaine, qui a placé sa tournée dans onze pays du continent sous le thème de la lutte contre la corruption et de la promotion de la bonne gouvernance, veut s’attaquer aux racines du conflit dans l’Est de l’ex-Congo belge.
Elle a notamment évoqué le commerce de minerais comme la cassitérite et le coltan, utilisés tous deux dans les composants électroniques et dont la vente finance les groupes armés en RDC.
« Tout comme nous nous soucions de l’exploitation des minerais, nous devons nous soucier de l’exploitation des femmes. Ces deux facteurs sapent la démocratie et l’État de droit », a-t-elle ajouté.
L’Est et le Centre de la République démocratique du Congo restent agités de soubresauts de violences épisodiques malgré l’envoi de l’armée gouvernementale et d’un important contingent de casques bleus de l’ONU (Monuc).
À Goma, qui abrite des dizaines de milliers de réfugiés et déplacés dans des "villages de tente" particulièrement vulnérables, Hillary Clinton compte être reçue par le président congolais Joseph Kabila.
« Nous allons plaider en faveur d’efforts accrus pour donner une légitimité et une crédibilité politiques plus larges à son gouvernement sur l’ensemble du territoire national », a-t-elle dit.
Lors de son étape cette semaine au Nigeria, pays le plus peuplé d’Afrique, la secrétaire d’État répétera son message sur la lutte contre la corruption et la promotion de la bonne gouvernance.
Pendant son étape angolaise, Hillary Clinton a eu un entretien de près d’une heure avec le président Jose Eduardo dos Santos.
Elle s’est fait l’écho des revendications du mouvement d’opposition UNITA, qui réclame l’organisation rapide d’élections, prévues à l’origine pour cette année.
« Il (Dos Santos) s’est engagé à ce que la rédaction de la Constitution soit achevée et que des élections aient lieu au moment opportun, dès que cela sera possible », a ensuite déclaré aux journalistes la secrétaire d’État.


Kanalreunion.com