Monde

Irène dévaste l’Atlantique

New York en partie évacuée

Céline Tabou / 29 août 2011

Ancienne tempête tropicale, Irène s’est transformée en ouragan lundi 22 août, après avoir déversé des torrents de pluies en Guadeloupe. L’ouragan s’est par la suite dirigé vers les îles Caraïbes, où Irène a dévasté Porto Rico et Haïti.

Premier ouragan de la saison cyclonique 2011 dans l’Atlantique, la côte Nord-Est a été la plus touchée avec neuf morts dénombrés dimanche 28 août. Les autorités sont inquiètes de l’intensité que pourrait avoir Irène sur New York, ville la plus peuplée des États-Unis et la capitale financière du pays, les prévisions météorologiques ont conduit à l’arrêt de toute activité depuis vendredi 26.

L’Est du pays compte ses morts

Le dernier bilan des autorités locales a indiqué que neuf personnes avaient perdu la vie en Caroline du Nord, en Virginie et en Floride. Plusieurs millions de personnes étaient concernées par des consignes d’évacuation le long de la côte Est. Près de 2,7 millions de foyers et d’entreprises ou commerces étaient privés d’électricité dimanche 28 à cause de l’ouragan. Le passage de ce dernier a entraîné la fermeture de deux centrales nucléaires de la côte Est et la paralysie de l’activité dans les ports et terminaux pétroliers.

Le Centre national des ouragans (NHC) a prévu des vagues exceptionnelles de 2,5 mètres de haut sur les côtes de Long Island et à New York. Celles-ci pourraient dépasser les digues protégeant la pointe Sud de Manhattan au moment de la marée haute. « Les prochaines 72 heures vont être longues », a prévenu le président américain, Barack Obama, au moment où les Américains se souviennent du passage dévastateur de Katrina sur la Nouvelle-Orléans en 2005.

New York devenue désertique

Les autorités avaient ordonné l’évacuation de dizaines de milliers d’habitants des zones les plus basses vendredi. Métro et aéroports ont été fermés, et le maire de New York, Michael Bloomberg, a appelé la population à rester chez elle pour éviter la chute de débris, les inondations ou encore une électrocution due à la chute de câbles électriques arrachés.

Dimanche, plus de 50.000 personnes ont été privées d’électricité dans le Bronx, Brooklyn, le Queens et Staten Island. « Le principal risque est lié aux effets indirects du vent. A l’approche de la côte, les vents en mer forment ce qu’on appelle une marée de tempête. Ce phénomène augmente considérablement le niveau de l’eau de 2 à 3 mètres. Cette élévation de l’océan, avec les raz de marée et les inondations que cela entraîne, risque de submerger les terres et de provoquer des dégâts importants », a expliqué le prévisionniste de Météo France, Patrick Galois, au “NouvelObs”.

Les médias relatent que des vents violents s’abattent sur les gratte-ciels, ceux-ci pouvant aller jusqu’à 130 km/h dans la journée. Le gouvernement s’attend à une importante montée des eaux dans la matinée de lundi. Considérée comme un « véritable monstre », Irène possède un diamètre de 840 km environ.

Céline Tabou


Kanalreunion.com