Monde

« J’ai lutté contre la mort et elle a renoncé »

Un survivant d’Ebola parle

Témoignages.re / 23 août 2014

Saa Sabas a contracté le virus Ebola tout en s’occupant de son père malade dans le sud de la Guinée, mais sa survie miraculeuse après le traitement précoce des symptômes de la maladie a fait de lui en quelque sorte un héros mondial.

Mardi, au moment où le monde s’est réuni à l’occasion de la Journée humanitaire mondiale, la lutte de Sabas pour arrêter la propagation du virus après avoir surmonté la stigmatisation initiale de survivre du virus d’Ebola qui a fait plus de 1200 victimes en Guinée, au Libéria, en Sierra Leone et au Nigeria, a fait de lui un centre d’attraction.
« J’ai failli mourir », déclare le pharmacien âgé de 41 ans cité par la Fédération internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, avec laquelle il travaille maintenant comme travailleur humanitaire.
Le père de Sabas avait une forte fièvre, de la diarrhée et vomissait, quelques-uns des symptômes les plus visibles du virus Ebola, dont la flambée en Afrique de l’Ouest a remis en cause les efforts de santé mondiaux, obligeant une décision sans précédent d’utiliser des médicaments non testés.
« J’ai dirigé une lutte contre la mort et elle a finalement renoncé », a déclaré Sabas, qui travaille en tant que bénévole communautaire en aidant à éduquer les villageois au sujet de la menace posée par le virus Ebola.
« Je suis l’un d’eux et je peux leur parler dans une langue qu’ils comprennent. Qui d’autre est mieux placé pour leur parler du virus d’Ebola », a déclaré Sabas, dont le témoignage a été donné au siège de l’Union africaine à Addis-Abeba, lors d’une cérémonie de reconnaissance des travailleurs humanitaires.

100 soignants déjà morts

Au Liberia, en Sierra Leone et en Guinée, les travailleurs de la santé ont essayé impuissants de sauver des vies. Au moins 100 d’entre eux sont morts sur la ligne du devoir après avoir contracté la maladie.
Anthony Lake, directeur exécutif du Fonds des Nations unies pour l’Enfance (Unicef), a déclaré mardi que les travailleurs humanitaires, dont Sabas, vivent dans des conditions difficiles et prennent beaucoup de risques pour sauver des vies.
Jeanine Cooper, l’envoyée du bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA), a indiqué que l’épidémie de la maladie du virus Ebola en Afrique de l’ouest a créé une crise humanitaire et envoyé des signes avant-coureurs à la communauté humanitaire mondiale.
« Ebola était une épidémie, mais n’a pas été considérée comme une catastrophe humanitaire. Elle a été souvent été laissée aux médecins », a-t-elle confié à la PANA. « La situation est bien différente (maintenant). Nous avons besoin de la logistique - eau, assainissement et tout ce qui est nécessaire pour faire face aux situations d’urgence humanitaire ».

Situation humanitaire plus difficile

Les travailleurs humanitaires estiment que la propagation rapide du virus Ebola au-delà des frontières dans quatre pays de l’Afrique de l’Ouest a mis à nu tout ce qui ne va pas dans le système de soins de santé en milieu rural sur le continent.
« Presque tous les pays sont fragiles et une simple épidémie crée une catastrophe », a souligné Cooper, « les fournitures de soins de santé en milieu rural ne sont pas à jour. L’épidémie d’Ebola devrait soulever la nécessité de créer des systèmes de soins de santé mieux équipés en Afrique ».
La commissaire de l’Union africaine aux affaires politiques, Aisha Abdullahi, a révélé que la région de l’Afrique de l’Ouest qui a souffert d’une série de catastrophes humanitaires, des pénuries alimentaires et de la violence, a été affaiblie par la flambée de la fièvre Ebola.
« L’épidémie d’Ebola a affaibli les communautés et aggravé la situation humanitaire. L’UA, la CEDEAO et les Nations unies ont élaboré des stratégies visant à améliorer l’action et au renforcement de la résilience humanitaire », a déclaré Abdullahi.


Kanalreunion.com