Monde

L’aide humanitaire russe contestée

Ukraine

Céline Tabou / 12 août 2014

Le 6 août, la Russie a proposé d’envoyer une aide humanitaire dans l’est de l’Ukraine, en collaboration avec le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), escorté par ses représentants russes. Pour les Etats-Unis, cette aide humanitaire est « une invasion directe » de la Russie en Ukraine.

« Nous proposons d’envoyer à Donetsk, Lougansk et d’autres localités d’Ukraine où se trouvent des déplacés internes, des convois d’aide humanitaire russe, sous l’égide du Comité international de la Croix-Rouge et sous escorte de ses représentants », a annoncé le représentant permanent de la Russie auprès de l’ONU Vitali Tchourkine, lors d’une réunion extraordinaire du Conseil de sécurité de l’ONU.

Des conditions de vie déplorables

Les habitants de l’est de l’Ukraine, notamment dans la ville de Lougansk, vivent sans électricité, ni eau courante et aucune liaison téléphonique et internet ne sont possibles. Alimentation, médicaments, eau potable deviennent rares, laissant craindre une catastrophe sanitaire. Selon les Nations Unies, 1.129 civils ont été tués et 3.442 blessés dans les hostilités entre la mi-avril et le 26 juillet.
A l’occasion de cette réunion extraordinaire, Ban Ki-moon, secrétaire général des Nations Unies, s’est dit préoccupé par « la situation humanitaire qui se dégrade dans certaines parties de l’est de l’Ukraine ». D’après, le porte-parole de ce dernier, « des civils innocents pris au piège des combats continuent de mourir. Le nombre de ceux qui fuient la région continue de croître. Réparer les infrastructures vitales, notamment l’eau et l’assainissement, est indispensable pour un retour à la vie normale ».
Dans un tel contexte, les Nations Unies ont décidé de se mobiliser, en coordination avec les principaux acteurs humanitaires présents sur le terrain, afin de soutenir « les efforts du gouvernement ukrainien destinés à répondre efficacement aux besoins ». « Nous sommes prêts à augmenter notre soutien aux efforts ukrainiens de secours, si nécessaire », a ajouté le porte-parole, lors d’un point presse.

Contestation des Etats-Unis

Les ONG ont par la suite lancé plusieurs appels aux dons. Un appel entendu par la Russie qui a annoncé l’envoie d’une aide alimentaire dans l’est de l’Ukraine. Cependant, les Etats-Unis ont dénoncé une tentative d’invasion directe de la Russie par l’acheminement unilatéral de cette aide humanitaire.
Samantha Power, ambassadrice des Etats-Unis auprès des Nations Unies, a vivement réagit lors de la réunion extraordinaire du Conseil de sécurité de l’ONU : « Toute intervention unilatérale de la Russie en Ukraine, même sous prétexte d’octroyer une aide humanitaire, sera absolument inadmissible et suscitera une vive préoccupation. Elle sera considérée comme une invasion en Ukraine ».
« Si la Russie souhaite envoyer une aide à la population de ces régions, je suis absolument sûre que mes collègues au sein du Conseil seront à même de prendre des mesures urgentes pour se persuader qu’une organisation internationale telle que le Comité international de la Croix-Rouge l’acheminera en Ukraine au lieu de la Russie », a-t-elle tranché.
Face à cette allocution, Vitali Tchourkine a expliqué avoir examiné cette initiative avec le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon la veille et avoir reçu une lettre de son adjoint Jan Eliasson indiquant que « toutes les structures internationales, subordonnées à l’ONU sont prêtes à participer à l’acheminement de l’aide humanitaire en Ukraine ». En parallèle, plusieurs pays occidentaux, dont la France et les Etats-Unis, envoient des aides humanitaires et miliaires, sans pour autant être accusés de remettre en cause la souveraineté de l’Irak.

Céline Tabou


Kanalreunion.com