Monde

L’environnement à l’ordre du jour du prochain sommet Chine-Afrique

African Wildlife Foundation

Témoignages.re / 20 novembre 2015

Les questions de la faune et de l’environnement seront à l’ordre du jour officiel des chefs d’Etat Chinois et Africains qui se réuniront les 4 et 5 décembre 2015 pour le sixième Forum du Sommet de la Coopération Chine-Afrique à Johannesburg, en Afrique du Sud, ont déclaré mardi, les coordinateurs du dialogue.

JPEG - 33.1 ko
L’éléphant de forêt. (photo dsg-photo)

Au moment où les chefs d’Etat africains se préparent à rejoindre le président chinois, Xi Jinping en Afrique du Sud pour la conférence, un groupe d’hommes d’affaires et de dirigeants de la politique chinoise et africaine a lancé un appel pour que les questions de la faune et de l’environnement soient incluses dans l’agenda diplomatique du prochain sommet, a déclaré un communiqué de l’African Wildlife Foundation (AWF).

« A la fois les gouvernements africains et le gouvernement chinois veulent une vie meilleure pour leurs populations et croient que des échanges fortes et non l’aide, sont le moyen d’y parvenir », a déclaré l’ancien ambassadeur de l’Ouganda en Chine, Philip Idro. « Dans le même temps, nous devons nous rappeler que la croissance économique repose sur une faune et des écosystèmes sains et résilients ».

L’exemple du panda

Pour de nombreux pays africains, selon Idro, la conservation de la faune et des terres sauvages peut aider à réduire la pauvreté et fournir des avantages économiques.

« Les Chinois ont fait de grands progrès dans la conservation du panda et dans la protection de leurs forêts. Je suis sûr que nous pouvons être ensemble pour trouver des façons acceptables de résoudre ce dilemme en Afrique », a-t-il ajouté.

La star du cinéma chinois, Wang Baoqiang, et le chanteur-compositeur tanzanien, Ali Kiba, se joindront également à la réunion.

En plus des dirigeants du secteur public et privé de la Chine et de l’Afrique, cette rencontre regroupera outre les participants, des experts de la faune africaine et des spécialistes de la culture.

La participation du groupe dans des Dialogues Series Chine-Afrique a été facilitée par AWF et l’Institut Aspen, un organisme en charge de la question de l’éducation et de la politique basée à Washington. Sa mission est de favoriser le leadership basé sur des valeurs durables et de fournir un lieu non partisan pour faire face aux questions critiques.

« L’effort vise à sensibiliser les leaders au sein des gouvernements, la société civile et le secteur privé à la promotion active des investissements et des opérations en Afrique qui sont durables et intègrent la protection de la faune de l’Afrique et de ses terres sauvages », a déclaré AWF.

Le défi de la protection

Les Dialogue Series ont réuni en premier des leaders d’opinion africains à Nairobi et à Kigali en 2014 pour faire face à la crise des ressources naturelles de l’Afrique dans le sillage du développement économique rapide.

Un groupe parallèle de dirigeants du secteur privé et public chinois a été convoqué à Beijing et à Tianjin en 2014, suivi d’un Dialogue officiel à Pékin en 2015, pour aider à établir un ensemble de recommandations pour la coopération afro-chinoise autour des défis de la faune sauvage et de la protection des terres sauvages.

Les principaux résultats des Dialogue Series ont inclus :

• Une recommandation formelle soutenue par les anciens Présidents Festus Mogae du Botswana et Benjamin Mkapa de la Tanzanie, faisant de la promotion de la protection de la faune de l’Afrique et de ses terres sauvages une priorité dans l’agenda de développement du continent intégré dans le document de la Vision Finale 2063 de l’Union africaine.

• Une proposition formelle pour inclure les sujets de la protection de la faune et des terres sauvages au sein du 6e Forum sur la coopération Chine-Afrique (FOCAC) a été soumise au Groupe des ambassadeurs africains à Beijing, avec l’appui des informations techniques pour servir comme une ressource pour la soumission de ces questions dans le processus du FOCAC formelle.

• Une proposition visant à inclure la faune sur l’agenda diplomatique du FOCAC a également été soumise directement aux ministères des Affaires environnementales et du Tourisme de l’Afrique du Sud. En réponse, le ministère des Affaires environnementales a demandé aux Dialogue series Chine-Afrique de présenter des engagements formels pour l’inclusion dans l’ordre du jour.

Table ronde au parc Kruger

« Les participants au Dialogue ont travaillé dur pour assurer que la faune de l’Afrique et ses terres sauvages ne sont pas laissées en rade au moment où le continent agit sur son programme de développement », a déclaré le directeur général de AWF, le Dr Patrick Bergin. « Parce que le rôle que la Chine joue dans ce programme est important et elle a la responsabilité ainsi que la possibilité d’aider à assurer que les éléphants d’Afrique, les rhinocéros et autres animaux sauvages ont un avenir dans l’Afrique moderne qui se développe devant nous ».

Le format des Dialogue series a suivi la méthode Aspen de modérer le dialogue dans un cadre de petits groupes où les participants de divers horizons et perspectives apprennent les uns des autres par une discussion interactive de lectures spécifiques.

Comme une étape de clôture des Dialogue series Chine-Afrique, l’Institut Aspen et AWF organiseront une table-ronde finale et un safari du 30 novembre au 3 décembre au parc national Kruger, qui est devenu un point chaud pour le braconnage des rhinocéros et des éléphants en Afrique du Sud.


Kanalreunion.com