Monde

L’OIT salue la volonté politique des BRICS d’œuvrer en faveur la croissance et du travail décent

Social

Témoignages.re / 1er octobre 2016

Le Directeur général de l’OIT, Guy Ryder, a salué la Déclaration commune publiée par les ministres du Travail et de l’Emploi des BRICS au terme de leur deuxième sommet à New Delhi.

S’adressant aux participants lors de la deuxième journée de réunion, Guy Ryder s’est particulièrement réjoui des engagements pris dans les domaines de la création d’emplois, de la formalisation des marchés du travail et de la protection sociale.

« Ces trois domaines sont des points d’appui essentiels pour sortir du marasme économique actuel, pour promouvoir une croissance et un développement inclusifs et pour mettre en œuvre le Programme pour 2030 », a-t-il déclaré.

Il a notamment soutenu la partie de la Déclaration qui fait référence à « l’impérieuse nécessité » de traiter les questions sociales, de travail et d’emploi pour forger une croissance soutenue, durable et partagée.

Dans ce contexte, le Directeur général de l’OIT a insisté sur la valeur des solutions collectives dans la conjoncture actuelle de faible croissance.

Il a souligné que – comme la population active des BRICS représente 45 pour cent du total mondial – ces solutions auraient, potentiellement, d’importants effets positifs sur l’économie mondiale dans son ensemble.

M. Ryder a aussi noté que les BRICS avaient un long historique de politiques innovantes en matière de création d’emplois et de réduction de la pauvreté. Il a en particulier fait allusion aux mécanismes de garantie d’emploi, à l’extension des régimes de protection sociale, y compris les systèmes de transfert en espèces, ainsi qu’aux bonnes pratiques pour faire reculer l’informalité et ouvrir des voies pérennes pour la transition vers la formalité.

Promouvoir le dialogue social

S’exprimant au cours de la séance inaugurale, le Directeur général adjoint de l’OIT, Gilbert Houngbo, avait souligné le défi auquel sont confrontés les BRICS pour maintenir leur rythme d’innovation politique dans un environnement économique plus difficile.

M. Houngbo avait salué l’implication et la contribution des partenaires sociaux.

« La promotion du dialogue social et du tripartisme est un enjeu capital pour la réussite des processus politiques, y compris dans cette période de turbulences économiques. Le dialogue social et le tripartisme permettent d’obtenir de meilleurs résultats, plus tangibles et mieux partagés », avait-t-il conclu.


Kanalreunion.com