Monde

L’Ukraine dans le débat entre Angela Merkel et Vladimir Poutine

Rencontre au sommet entre l’Allemagne et la Russie

Céline Tabou / 15 juillet 2014

Le président russe Vladimir Poutine et la chancelière allemande Angela Merkel se sont rencontrés, dimanche 13 juillet à Rio, et ont rapidement échangé sur la situation en Ukraine. Cette rapide entrevue s’est déroulée au moment même où les affrontements entre les forces gouvernementales et pro-russes continuent, faisant plusieurs morts.

JPEG - 24.8 ko
Angela Merkel et Vladimir Poutine à Rio au Brésil. (photo Bergmann - Bundesregierung)

Angela Merkel et Vladimir Poutine ont souhaité des « discussions directes dès que possible » entre Kiev et les séparatistes ukrainiens, a annoncé un porte-parole du gouvernement allemand, Steffen Seibert, dans un communiqué. Les deux dirigeants « étaient d’accord » pour que « des discussions directes doivent démarrer dès que possible entre le gouvernement ukrainien et les séparatistes sous la forme d’une vidéo-conférence ».
« Au-delà, un contrôle efficace de la frontière russo-ukrainienne ainsi qu’un échange de prisonniers sont nécessaires pour (atteindre) bientôt l’objectif d’un cessez-le-feu bilatéral », a noté le communiqué. D’après Steffen Seibert, la situation dans l’est de l’Ukraine est « sérieuse ». D’autant plus, que les affrontements entre les forces gouvernementales et les rebelles se poursuivent, faisant au moins 26 morts en 24 heures, selon un bilan revu légèrement à la baisse dimanche soir.
Le président ukrainien, Petro Porochenko a refusé une éventuelle rencontre avec le président russe, Vladimir Poutine, alors que son gouvernement accuse Moscou de « jouer un rôle moteur dans la rébellion prorusse », d’après l’Agence France Presse. De son côté, le gouvernement russe a mis en garde Kiev, dimanche 13, sur de possibles « conséquences irréversibles » après la chute d’un obus dans une ville russe frontalière de l’Ukraine, ayant fait un mort, qualifiant cet événement, de « provocation comme un acte d’agression supplémentaire de l’Ukraine à l’encontre du territoire russe souverain et des citoyens russes ».
Le ministère des Affaires étrangères avait ajouté dans un communiqué que « cet événement témoigne d’une escalade extrêmement dangereuse et peut avoir des conséquences irréversibles, dont l’Ukraine portera la responsabilité ». De son côté, l’Ukraine a démenti en toute responsabilité dans ce tir d’obus.
En plus des menaces verbales, l’armée ukrainienne et les séparatistes pro-russes se battent pour le contrôle de points de passage frontaliers. Lors de son échange avec la partie allemande, la Russie s’est accordée pour dire que « la situation en Ukraine tendait à se dégrader ». Angela Merkel et Vladimir poutine ont de nouveau demandé la mise en place d’un cessez-le-feu que Kiev refuse avant de reprendre le contrôle de la frontière avec la Russie.
Ils ont également souligné la nécessité de la reprise d’urgence des réunions du groupe de contact sur l’Ukraine qui comprend aussi la Russie et l’OSCE, avec la participation des rebelles, peut-être sous la forme de visioconférences, a indiqué, pour sa part, le porte-parole de Vladimir Poutine, Dmitri Peskov.

Céline Tabou


Kanalreunion.com