Monde

La BAD demande au G-20 une augmentation de ses ressources

Témoignages.re / 23 septembre 2009

Le président de la Banque africaine de développement (BAD), Donald Kaberuka, a exhorté les membres du G-20 à augmenter les ressources de l’institution pour lui permettre de faire face à l’accroissement des demandes de financements soumises par ses pays membres régionaux du fait de la crise économique mondiale.

« Nous aimerions faire savoir (au G-20) qu’à mesure que l’économie mondiale se redresse, l’Afrique et les pays à faibles revenus ne doivent pas être à la traîne. Ils doivent faire partie du processus de redressement », a plaidé M. Kaberuka dans une déclaration vidéo diffusée à la veille du sommet du G-20 prévu les 24 et 25 septembre à Pittsburgh, aux Etats-Unis.

« L’Afrique attend impatiemment le sommet du G-20. Si la crise économique a frappé l’Afrique de plein fouet, la Banque africaine de développement a joué son rôle en prenant des mesures anticycliques. Elle a démontré qu’elle méritait la confiance de ses partenaires », a- t-il observé.

M. Kaberuka juge « essentiel de faire encore plus pour atténuer l’impact de la crise et de soutenir les efforts de redressement des pays à faible revenus". Il a également fait observer que "l’augmentation générale de notre capital et une reconstitution significative des ressources de notre guichet concessionnel sont très importantes pour la Banque ».

Selon un communiqué, la BAD s’attend à ce que ses investissements de 2009 passent du simple au double, avec des engagements à hauteur de 11 milliards de dollars par rapport aux 5,8 milliards de l’année dernière, en grande partie pour faire face à la crise financière mondiale.

Ces investissements seront mis à disposition par le biais d’opérations d’appui budgétaire, de projets d’infrastructures, de programmes de fourniture de liquidités et de financement du commerce.

Se fondant sur les conclusions de la Conférence des ministres africains des Finances, la BAD a, pour atténuer l’impact de la crise, développé en mars 2009 la « réponse de la Banque à l’impact économique de la crise financière », dotée d’une Facilité de liquidité d’urgence de 1,5 milliard de dollars, d’une Initiative de 1 milliard de dollars pour le financement du commerce, d’un plan d’action pour l’accélération du transfert des ressources aux pays éligibles au guichet concessionnel du Groupe de la BAD et le renforcement du rôle de conseil en matière de politiques économiques.

Au cours de ses assemblées annuelles tenues à Dakar (Sénégal) en mai 2009, le Conseil des gouverneurs de la BAD a adopté une résolution visant à lancer les discussions sur l’augmentation générale du capital de la Banque et sur la reconstitution des ressources de son guichet concessionnel, le Fonds africain de développement.


Kanalreunion.com