Monde

La Chine porte le deuil

Séisme dans le Qinhai

Céline Tabou / 20 avril 2010

Les derniers chiffres communiqués par l’agence de presse Chine Nouvelle, après le tremblement de terre de magnitude 6,9 sur l’échelle de Richter, survenu mercredi dernier, font état de 1944 morts, 216 personnes sont toujours portées disparues et 12.315 autres ont été blessées, dont 1134 grièvement. Les secours sont arrivés progressivement durant le week-end, et tentent encore aujourd’hui de retrouver des survivants.

Le Dalaï Lama est attendu par les habitants du Qinghai, dont une grande majorité sont originaires du Tibet. Le chef spirituel des Tibétains a demandé aux autorités s’il pouvait se rendre sur le lieu de la catastrophe. Le Dalaï Lama n’est pas retourné en Chine depuis sa fuite du Tibet en 1959. Cette demande a de fortes chance pour de ne pas aboutir.

Dons et secours pour le Qinghai

D’après Radio Chine Internationale, la province du Qinghai a reçu 586 millions de yuans (5,86 millions d’euros) de dons, qui ont été transférés au bureau provincial des finances de la province, afin de gérer et coordonner les secours, et les besoins de première nécessité.
Les dons de matériel regroupent 525 tonnes de nourriture, 80 tonnes d’eau potable, 33 tonnes de médicaments, 68.075 manteaux et couvertures et 27.424 tentes. Cette aide va en partie pouvoir répondre aux attentes des 100.000 sinistrés de la catastrophe.
De son côté, le onzième panchen lama, Bainqen Erdini Qoigyijabu, a également fait un don de 100.000 yuans (10 millions d’euros), et demandé au Département de travail du Front uni du Qinghai de transmettre un message de soutien aux victimes, et un appel à la reconstruction. Les dons affluent de toute la Chine, une chaine de solidarité s’organise progressive pour répondre aux besoins des victimes.

Crémation de centaines de victimes

Cinq jours après le séisme des centaines de crémations de victimes ont eu lieu ce week-end dans la préfecture autonome tibétaine de Yushu, dans la province du Qinghai. Pour ce faire, un millier de moines bouddhistes ont participé à des prières collectives lors de funérailles traditionnelles, dans le village de Gyegu, secteur le plus touché par le séisme.
Transportés par camions, des centaines d’homme, de femmes, et d’enfants ont été emmenés à Jiegu, lieu des crémations. Ils ont par la suite étaient alignés par « les moines dans une tranchée d’environ 150 mètres sur un tapis de bois puis incendiés », selon l’AFP.
Les autorités chinoises ont demandé à la population le respect des coutumes funéraires locales, en évitant de propager une épidémie dans la région sinistrée et avoisinante. Le département des Affaires civiles du Qinghai a également annoncé dans un communiqué, « en ce qui concerne la destination des cadavres, nous devons respecter les défunts, les coutumes funéraires des ethnies minoritaires et réconforter les proches des victimes de manières appropriée ». Pékin redoute une crise sanitaire, et tente d’éviter que des maladies ne se propagent avec des corps en décomposition, faisant alourdir le bilan des victimes du séisme.

Céline Tabou


Kanalreunion.com