Monde

La République doit prendre ses responsabilités

Kwassa-kwassa : le scandale continue dans l’indifférence.

Geoffroy Géraud-Legros / 14 octobre 2009

On ne compte plus les naufrages de kwassa-kwassa, ces navires de fortune qui opèrent la liaison entre l’île d’Anjouan et Mayotte. Avant-hier encore, ce sont 7 personnes qui ont péri dans les eaux qui séparent les deux terres.

Une fois de plus, rien n’a été mis en œuvre pour prévenir cette tragédie, alors que seulement 70 km de mer s’étendent entre les îles.
Ce nouveau drame pose une fois encore la responsabilité de la France.

La France à l’origine du drame.

Il faut rappeler que la présence française à Mayotte est contraire au droit international, l’ONU ayant confirmé à plusieurs reprises l’illégalité de la séparation de Mayotte de l’Union des Comores. De plus, les autorités françaises ont créé elle-même la situation actuelle, en imposant en 1995 un visa – dit "visa Balladur"- aux ressortissants comoriens désireux de se rendre à Mayotte, contraignant ces derniers à recourir aux services de "passeurs" pour rendre visite à leurs familles, ou à se livrer aux activités d’échanges traditionnellement très forts entre les îles.
La France a donc l’obligation minimale de veiller à ce que les contradictions qu’elle a créé par ses agissements cessent d’être à l’origine du véritable massacre qui se déroule chaque année sous les yeux des autorités républicaines en place à Mayotte. Or, ce sont chaque année des centaines de personnes qui succombent dans le bras de mer de la honte… Sans que des moyens humains ne soient investis pour apporter une solution au problème.

Geoffroy Géraud



Un message, un commentaire ?



Messages






  • analyse juste et de plus confirme bien que les policiens français de la république se prostituent par tous les moyens pour parvenir à leurs fins personnelles.

    Balladur a bel et bien négocié les voix mahoraises pour sa candidature à l’élection présidentielle même s’il a perdu contre Chirac.

    c’est triste cette situation comorienne.
    elle ne parait pas alarmer outre mesure les grandes âmes humanistes.

    il n’y a pas, semble-t-il de raison particulière à défendre des gens dépourvus de tout et surtout, de l’essentiel.

    mais un jour, l’éveil des ratés de la terre sera terrible et on entendra parler des comores avec surprise et respect, plaise à la nature et à la roue de la vie

    subissons passivement le "cours" de l’histoire en attendant nos heures de fierté.

    Amine

    Chahisse

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • COMORES / FRANCE : LETTRE D’UNE FAUSSE CLANDESTINE AU PRESIDENT OBAMA NOBEL DE LA PAIX 2009

    Permettez-moi d’abord Monsieur le président de vous adresser mes sincères félicitations pour votre désignation comme Nobel de la Paix 2009. Ce Nobel récompense Votre engagement en faveur de la paix, des nations opprimées et des droits de l’homme. Comme l’a si bien dit le président français Nicolas Sarkozy : "Il confortera votre détermination à agir pour la justice, pour la paix et pour préserver les grands équilibres de notre planète. »

    Monsieur le président, dans quelques jours, le 12 novembre 09, les Comores célébreront le 33ème anniversaire de son admission aux nations unies. En effet l’Assemblée générale, par un vote quasi unanime sur sa résolution 3385 (XXX) avait décidé non seulement d’admettre les Comores aux Nations Unies, mais aussi de réaffirmer la nécessité de respecter l’unité et l’intégrité territoriale de l’archipel des Comores, composé des îles d’Anjouan, de la Grande-Comore, de Mayotte et de Mohéli.

    la suite de la lettre ici : http://wongo.skyrock.com/

    BARAKA INZOUDDINE (membre de l’équipe wongo)
    http://wongo.skyrock.com/

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com