Monde

La Russie accorde l’asile à Edward Snowden

Au moment où l’informateur de Wikileaks risque la prison à vie

Témoignages.re / 2 août 2013

Edward Snowden a quitté l’aéroport. Il va vivre dans un lieu strictement secret, au grand dam du gouvernement des États-Unis.


L’ex-agent de la CIA Edward Snowden a reçu l’autorisation des autorités russes de quitter l’aéroport moscovite où il était bloqué depuis le 23 juin dernier, a annoncé la chaîne de télévision Rossiya 24, se référant à l’avocat de l’intéressé, Anatoli Koutcherena.

D’après la même source, le Service fédéral des migrations de Russie (FMS) a accordé au "lanceur d’alerte" l’asile temporaire pour 12 mois.

Cette décision a déçu le gouvernement des États-Unis, a déclaré hier le porte-parole de la Maison Blanche Jay Carney.

« Le Service fédéral des migrations de Russie a confirmé en public avoir octroyé à M.Snowden l’asile temporaire et lui a permis de quitter l’aéroport. Nous sommes profondément déçus par le fait que le gouvernement russe ait entrepris une telle démarche en réponse aux exigences claires et légitimes de notre part, exprimées en public et en privé, d’extrader M. Snowden et de le faire rentrer aux États unis » , a indiqué le porte-parole.

Le lieu de résidence d’Edward Snowden, un des hommes les plus recherchés de la planète, sera strictement tenu secret.

Edward Snowden est recherché aux États-Unis pour avoir révélé l’existence d’une décision judiciaire autorisant les services secrets américains à contrôler les communications téléphoniques assurées par l’opérateur Verizon. Il a en outre divulgué des informations sur le programme de surveillance électronique PRISM permettant à la NSA de recueillir les données personnelles d’utilisateurs d’Internet. C’est la révélation du plus vaste programme d’espionnage jamais réalisé, rendu possible par le développement des technologies de communication. 

Washington estime que ces fuites ont causé un préjudice énorme à la sécurité nationale des États-Unis et réclame l’extradition du lanceur d’alerte.

M. Snowden est arrivé le 23 juin dernier à l’aéroport Cheremetievo de Moscou, où il s’est retrouvé coincé, les autorités américaines ayant annulé son passeport. Le 16 juillet, il a présenté sa demande d’asile à la Russie. 

Le président Poutine avait déclaré début juillet que M. Snowden pourrait rester sur le sol russe à condition de cesser ses activités nuisant aux intérêts des États-Unis.

Le précédent de Bradley Manning

Le tribunal américain doit rendre son verdict sur l’affaire Bradley Manning, qui avait rendu publics des centaines de milliers de documents du Pentagone et du département d’État grâce au site WikiLeaks, écrit mercredi 31 juillet le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

On s’attendait à ce que la sentence montre de la sévérité et qu’elle serve d’exemple pour le personnel militaire et civil qui serait tenté de commettre ce genre d’actes.

La fin du procès et la condamnation de Manning attirent une nouvelle fois l’attention sur l’ex-agent de la CIA et de la NSA Edward Snowden. Les chefs d’inculpation contre Snowden n’ont pas changé : espionnage et haute trahison. Ce qui lui vaudra inévitablement la prison à vie.

Il est à noter que le héros d’un grand procès juridique similaire des années 1970, Daniel Ellsberg, qui avait transmis aux journaux des documents du Pentagone sur la guerre au Vietnam, pense que Snowden a fait le bon choix en s’envolant de Hong Kong à Moscou. Selon lui, dans les conditions actuelles, Snowden ne peut pas compter sur l’équité du tribunal américain. Pendant son procès, Ellsberg avait la possibilité d’être libéré sous caution, il s’entretenait avec le public pour expliquer les motivations de ses actes et il a été acquitté par le tribunal. Le mouvement antimilitaire était très puissant à l’époque. Alors que Snowden risque de subir le même sort que Manning, selon Ellsberg. Le père de Snowden a également approuvé la décision de son fils de chercher l’asile à l’étranger.

(Source Ria Novosti)


Kanalreunion.com