Monde

La Russie dans l’Organisation Mondiale du Commerce

Une nouvelle réalité s’impose à l’Occident

Céline Tabou / 31 décembre 2011

L’institution internationale a annoncé, vendredi 16 décembre, l’adhésion de la Russie, après dix-huit ans de négociations à l’OMC. Sixième puissance économique et septième territoire douanier, la Russie devient le 154e pays membre de l’OMC. Pour l’Organisation, c’est l’événement le plus marquant depuis l’entrée de la Chine.

La Russie est devenue membre l’organisation destinée à la réglementation du commerce mondial, son président, Dimitri Medvedev, a qualifié cette adhésion d’événement qui « va profiter à la fois à la Russie et à ses futurs partenaires » commerciaux.

Plus large libéralisation des échanges

C’est au cours de la 8e conférence ministérielle de l’OMC réunie à Genève, du 15 au 17 décembre, que la Russie est devenue membre à part entière à l’institution internationale. Représentée par la ministre russe du Développement économique, Elvira Nabiullina, la conférence ministérielle a lieu « durant une période cruciale pour l’économie mondiale (…), nous devons continuer à libéraliser l’économie basée sur un système de règles uniformes et claires », a indiqué Dimitri Medvedev.
Ce dernier a précisé qu’il fallait « développer un système commercial juste et efficace et renforcer les institutions multilatérales internationales ». En effet, certains experts, dont Pascal Lamy, directeur général de l’Organisation Mondiale du Commerce, attestent qu’en intégrant la Russie, l’OMC regroupera désormais 97% du commerce mondial. L’entrée de la Russie est « l’étape la plus importante vers la libéralisation des échanges commerciaux internationaux depuis celle de la Chine » en 2001. Le pays « ouvre un marché dont le PIB est de l’ordre de 1.900 milliards de dollars, soit 2,8% de l’économie mondiale ».
Moscou a conclu 39 accords bilatéraux pour garantir l’accès aux services, et 57 pour l’accès aux biens, afin d’adhérer à l’OMC. Cette adhésion permettra à la Russie de réduire sa dépendance envers ses exportations de pétrole et de gaz, de limiter les risques de conflits régionaux, d’intensifier ses échanges avec ses voisins asiatiques et exportés certains de ses produits vers le Vieux Continent.

Six mois pour ratifier l’accord

Le Parlement russe, Douma, a six mois pour ratifier cet accord, lequel prendra effet 30 jours plus tard. Une fois entérinée, la Russie disposera ensuite d’un nouveau délai de trente jours pour devenir membre à part entière de l’OMC.
Selon le chef de la délégation russe chargée des négociations d’adhésion, Maxim Medvedkov, la ratification doit intervenir « au début de l’année prochaine ».
L’adhésion de la Russie aura mis 18 ans, après avoir posé sa candidature en 1993 pour intégrer l’organisation internationale, le processus avait été stoppé à la suite des hostilités avec la Géorgie, puis des fureurs de Vladimir Poutine. Ce record fait de la Russie le pays ayant négocié aussi longtemps son entrée à l’OMC. Les négociations avec la Chine n’avaient duré que quinze ans.

Céline Tabou

La Russie en quelques chiffres

- République fédérale

- Capitale : Moscou

- Population en 2011 : 142.914.136 habitants, classée 9es dans le monde

- Densité : 8,3 habitants par km2

- Superficie totale : 17.098.242 km²

- Membre des pays BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud),

- PIB par parité du pouvoir d’achat : 2.216 milliards de dollars, le plaçant au 6e rang mondial,

- PIB nominal : 1.477 milliards de dollars en 2010, située au 10e rang international

- Monnaie : Rouble

- Langue : Russe

- Président au suffrage universel : Dimitri Medvedev

- Pouvoir législatif dans les mains de La Douma composé de 450 députés élus au suffrage universel direct pour 4 ans. La Douma est présidée par Boris Gryzlov (2007). Et le Conseil de la Fédération, formé de 166 représentants des régions de la fédération, est présidé par Valentina Matvienko (depuis septembre 2011).


Kanalreunion.com