Monde

Le drapeau français brûlé à Dakar

La France désormais considérée au même niveau que les États-Unis ?

Manuel Marchal / 17 janvier 2015

10 jours après l’attentat contre Charlie Hebdo, des manifestations ont eu lieu en Afrique. Elles ne soutenaient pas le journal attaqué mais dénonçaient la publication d’une caricature de Mahomet à la une du dernier numéro. Des affrontements ont eu lieu en Algérie, au Niger et à Dakar. Le drapeau brûlé à Dakar, capitale d’un allié traditionnel de la France interroge.

JPEG - 44.3 ko
Des milliers de manifestants contre la publication d’une caricature de Mahomet dans les rues d’Alger hier après midi.

Le drapeau français brûlé à Dakar devant l’ambassade de France, qui aurait pu imaginer qu’un telle scène puisse arriver au Sénégal ? Ces manifestations avaient lieu en Iran au plus fort de la tension entre Téhéran et Washington, quand le drapeau américain était incendié, ou alors en Palestine quand le drapeau israélien est pris pour cible.
Mais cette fois, c’est le drapeau français qui est brûlé, dans un pays avec lequel Paris n’entretient pas des relations hostiles. C’est ce qui s’est passé dans une manifestation qui a dégénéré à Dakar.
À l’origine de ce mouvement, la protestation après la parution du premier numéro de Charlie Hebdo suivant l’attentat qui a décimé sa rédaction.
Dans plusieurs pays, des manifestations ont regroupé des personnes s’estimant méprisée par une caricature de Mahomet en une de cette édition du journal. La veille, le Pakistan avait lancé l’offensive. Dans la rue, des milliers de personnes ont marché, tandis que le Parlement adoptait une résolution condamnant la caricature publiée par Charlie Hebdo.

Multiplication des actes racistes en France

En Afrique, les seules réactions connues suite à l’attentat étaient de la solidarité pour les victimes. Dans plusieurs pays, des manifestations de soutien ont eu lieu. L’attentat a été largement condamné et des chefs d’État africain étaient présents dimanche à Paris lors de la rencontre de l’Elysée.
Une semaine après l’attentat, Charlie Hebdo est reparu. Le tirage annoncé était d’un million au lieu des 60.000 exemplaires habituels. Devant l’engouement, ce sont 2 millions qui ont été imprimés. Ils se sont vendus en quelques heures. Un tirage supplémentaire de 3 millions de journaux a donc été lancé.
Mais en dehors du monde occidental, l’engouement est beaucoup plus mitigé.
Par ailleurs, jamais sans doute les lieux de culte musulman n’ont connu autant d’agressions en France. La multiplication de ces actes racistes dans ce pays n’est pas passée inaperçue dans le monde.
Le mécontentement s’est cristallisé hier, jour de la prière dans les mosquées.
À Alger, une manifestation a eu lieu sous le mot d’ordre « je suis Mohamed ». Des manifestants ont eu maille à partir avec les policiers et des affrontements ont eu lieu, faisant des blessés.

Églises brûlées au Niger

Au Niger, des émeutes ont secoué Zinder, deuxième ville d’un pays lui aussi allié traditionnel de la France. Les manifestations ont dégénéré dans la violence. Des églises ont été incendiées, des chrétiens agressés. Le Centre culturel français était aussi la cible des manifestants, avec là aussi un incendie et des dégradations.
A Dakar, au moins un millier de personnes ont commencé à marcher depuis la grande mosquée en direction de l’Ambassade de France. Les policiers ont lancé des grenades lacrymogènes pour disperser la foule. Un drapeau français a été brûlé devant la représentation diplomatique de ce pays.
Ces faits rappellent l’ampleur de la divergence entre le monde occidental et les autres pays du monde. La politique menée par les pays de l’OTAN depuis l’invasion de l’Afghanistan en 2001 n’a pas été de nature à apaiser les relations. L’impunité dont bénéficient les responsables de la guerre contre les Palestiniens accentue le sentiment d’un Occident perçu comme un adversaire.
La « une » de Charlie Hebdo paru mercredi titre sur « Tout est pardonné ». Mais au lieu de réconcilier, cet appel montre les divisions entre un Occident qui tente de renforcer sa cohésion et des pays africains et asiatiques qui se sentent encore plus agressés.
10 jours après l’attentat contre Charlie Hebdo, les événements prennent une ampleur considérable en débordant largement des frontières du monde occidental.
Dans son message de condoléances aux victimes de l’attentat, Barack Obama n’avait pas manqué de rappeler que la France est le plus vieil allié des États-Unis.
Les victimes de ce système injuste considéreront-elles la France comme une puissance à combattre au même niveau que les États-Unis ?


Kanalreunion.com