Monde

Le soutien à l’entreprenariat féminin créera de l’emploi et relancera la croissance

Moyen-Orient et Afrique du Nord

Témoignages.re / 9 octobre 2012

Les gouvernements du Moyen Orient et d’Afrique du Nord (MENA) devraient créer urgemment les emplois nécessaires aux 2,5 millions de personnes arrivant sur le marché du travail tous les ans et améliorer leurs politiques pour encourager l’entrepreneuriat des femmes en vue de réduire le chômage structurel, selon un nouveau rapport de l’OCDE.

Le rapport « Women in Business : Policies to Support Women’s Entrepreneurship Development in the MENA Region » reconnaît les efforts fournis par les gouvernements au cours de la dernière décennie. Cependant, ceux-ci sont encouragés à s’attaquer davantage aux inégalités entre hommes et femmes dans le monde des affaires, en s’appuyant sur les progrès réalisés en matière de réduction des écarts dans l’éducation. Aujourd’hui, en moyenne, seules 27% des femmes de la région font partie de la population active contre 51% dans les économies à bas, moyens et hauts revenus. De plus, la part des travailleuses indépendantes s’élève à 11% contre 22% pour celle des travailleurs indépendants.
« Alors que les pouvoirs publics de la région MENA ont réalisé des avancées importantes en matière de lutte contre l’inégalité hommes- femmes dans le domaine de l’éducation, il est nécessaire de faire plus pour libérer pleinement le potentiel des femmes dans l’économie. Doter les femmes d’un pouvoir de contribution en tant qu’employées et entrepreneuses - en particulier- représente une occasion importante de stimuler la compétitivité, la croissance et la création d’emplois dans la région. Cela nécessitera une action politique concertée, que l’OCDE se tient prête à soutenir » a déclaré le Secrétaire général de l’OCDE, Angel Gurría.
Alors que l’amélioration du climat des affaires profite à tous les entrepreneurs, le développement du potentiel des femmes entrepreneurs nécessite une concertation entre les gouvernements, la communauté des femmes d’affaires, ainsi que les autres acteurs du secteur privé afin de :
 

- Améliorer la conception et la mise en œuvre des politiques : en assurant que les politiques en place soient suffisamment dotées de moyens ; garantir une meilleure coordination des politiques d’entreprenariat féminin entre les ministères ; et d’accorder aux associations de femmes d’affaires plus de poids dans la dialogue public-privé ;
- Faciliter l’accès au financement : en améliorant le financement des entreprises en croissance dépassant le seuil de la micro finance et améliorer l’éducation financière des entrepreneurs ;
- Accroître l’accès aux services d’information et de soutien commercial en adaptant les services de développement aux besoins des femmes parallèlement aux principales initiatives existantes ;
- Réduire le manque de données en rassemblant et en diffusant des données d’entreprises désagrégées par genre afin d’assurer que l’élaboration et la mise en place des mesures renforcent de manière effective l’entreprenariat féminin.


Les recommandations du rapport sont fondées sur la première évaluation comparative des politiques, programmes et institutions de soutien à l’entreprenariat des femmes dans 18 économies de la région MENA. Celle-ci a été conduite par 13 groupes de travail du Forum MENA-OCDE des femmes entrepreneures, un réseau crée en 2007 pour la mise en place de la Déclaration ministérielle sur la promotion de l’entreprenariat des femmes dans la région MENA.


Kanalreunion.com