Monde

Les chars américains paradent en Estonie : pied de nez à Moscou

Dans une ville à la frontière de la Russie

Céline Tabou / 26 février 2015

Des chars américains ont participé à des manœuvres de l’Otan en Estonie. Munis de drapeaux américains, ils ont marqué les esprits par leur présence dans un défilé militaire mardi 24 février, à Narva, près de la frontière russe.

JPEG - 81.7 ko
Photo prise par l’armée estonienne à 300 mètres de la frontière russe. C’est sans doute la première fois que des blindés US défilent devant un poste frontière de la Russie. Une manière de faire monter la tension alors que le cessez-le-feu commence à être respecté en Ukraine.

Quelques heures après la parade des chars US devant sa frontière, la Russie a lancé mercredi 25 février de vastes manœuvres militaires à Pskov, région frontalière de l’Estonie et de la Lettonie, a indiqué à l’AFP une porte-parole du ministère russe de la Défense.

Parade des Occidentaux

La relation entre Moscou et les Occidentaux ne sont pas bonnes en raison de la crise ukrainienne, celle-ci pourrait se dégrader. En effet, quelques soldats américains, mais aussi britanniques et néerlandais ont défilé dans la neige aux côtés des militaires estoniens, pour marquer l’anniversaire de l’indépendance de l’Estonie, ancienne république soviétique, actuellement membre de l’Union européenne et de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN).

Cette parade annuelle s’est différenciée des précédentes par la présence très remarquée des Occidentaux, venus rassurer les Estoniens. En effet, certains pays baltes craignent une contagion de la crise ukrainienne dans leur pays.
Face à ces réactions, l’Otan a décidé d’envoyer des avions de chasse dans les pays baltes et d’y organiser plusieurs exercices militaires. « L’Histoire nous a appris que si nous ne nous défendons pas nous-mêmes, personne d’autre ne le fera », a indiqué le général Riho Teras, chef d’état-major estonien, lors de la cérémonie à l’Agence France Presse.

Crainte des pays baltes

L’Estonie craint une insurrection, en raison de la forte présence de population russophone dans la ville de Narla. La Lettonie et la Lituanie s’inquiètent d’une pareille éventualité. D’ailleurs, la Lituanie a, de son côté, l’intention de rétablir temporairement le service militaire obligatoire en raison de « l’actuel environnement géopolitique », a annoncé mardi la présidente de la Lituanie, Dalia Grybauskaite.

Pour le commandant adjoint de l’Alliance atlantique en Europe, Adrian Bradshaw, les inquiétudes sont justifiées, car la Russie pourrait tenter de conquérir des territoires appartenant à des Etats de l’Otan, représentant ainsi une « menace existentielle ».
Coïncidence ou pas, la Russie a lancé mercredi 25 février des exercices militaires non loin de l’Estonie, impliquant 500 appareils militaires et le parachutage de 1.500 soldats des troupes aéroportées, a annoncé à l’AFP, la porte-parole Irina Krouglova. Ces manœuvres devraient durer jusqu’à samedi, trois jours durant lesquels les soldats iront envahir et détruire l’aérodrome d’un ennemi imaginaire, a-t-elle précisé.


Kanalreunion.com