Monde

« Les États méditerranéens rêvent-ils d’une “Papouasie européenne” où enfermer les boat-people ? »

Boats4People et les refoulements de migrants en Méditerranée

Témoignages.re / 8 août 2013

Un communiqué adressé mercredi 7 août 2013 par Boats4People à la presse met en lumière une des conséquences des inégalités dans le monde : les migrants qui traversent la Méditerranée sur des embarcations de fortune. S’il ne se noient pas ou n’atteignent pas la terre ferme, ils sont interceptés et refoulés vers la Libye, dénonce l’organisation. Or, en Libye, ces réfugiés ne sont pas bien traités, indique Boat4People. Les intertitres sont de “Témoignages”.

Le 5 août 2013 à environ une heure du matin, à 46,6 miles nautiques de la Libye et 140 miles nautiques de Malte, le pétrolier “Salamis” de pavillon libérien porte secours à 102 boat-people. Cette intervention fait suite aux instructions de l’Italie de secourir cette embarcation en détresse. Le “Salamis” continue vers Malte, mais l’armée l’arrête à 24 miles nautiques de l’île. Malte somme la compagnie du “Salamis” ainsi que le capitaine de retourner à Khoms, son dernier port et le plus proche du lieu du sauvetage, pour y débarquer les boat-people. Le capitaine refuse et presse Malte et l’Italie d’accueillir les migrants dont quatre femmes enceintes nécessitant une assistance médicale.

Le 6 août 2013, la Commission européenne (CE) ordonne à Malte de laisser débarquer les migrants afin de répondre à l’urgence humanitaire de la situation, indépendamment du conflit de responsabilité concernant les recherches et secours de ces personnes. La CE avait déjà eu l’occasion tout récemment de rappeler à Malte ses obligations de respect du droit d’asile, et en particulier le principe de non-refoulement, lorsque l’île avait eu l’intention de refouler des migrants qui venaient d’y arriver.

Un cas loin d’être isolé

Le sort des boat-people du “Salamis” n’est pas un cas isolé. Selon plusieurs articles de presse, dans la même nuit du 4 au 5 août, un bateau turc, l’“Adakent”, aurait obéi à l’Italie en sauvant 96 boat-people dans la zone dite « de recherche et sauvetage » (« Search and Rescue », ou SAR) libyenne pour les débarquer à Tripoli. Le 29 juin 2013, une plate-forme pétrolière italienne aurait secouru 76 Érythréens, et les aurait remis à la Libye. Ils auraient ensuite été enfermés au camp de Sibrata Mentega Delila (Tripoli) où les conditions sont notoirement inhumaines. En mai 2012, deux navires de commerce auraient également assisté des boat-people au large des côtes libyennes et débarqué les survivants à Tripoli, toujours en suivant les instructions de Rome.

Ces événements rappellent l’annonce faite par l’Australie le 19 juillet de ne plus accueillir les boat-people et de les refouler ou les renvoyer vers la Papouasie-Nouvelle-Guinée « où ils resteront même si leur [demande d’asile] est acceptée » .

Les États méditerranéens sont-ils en quête d’une « Papouasie européenne » où concentrer les boat-people ? 

Traitements inhumains et dégradants

Boats4People constate :

- Que Malte viole plusieurs conventions internationales en qualifiant de « sûrs » des ports libyens alors que de nombreux rapports attestent qu’en Libye, les migrant(e)s sont enfermé(e)s indéfiniment dans des camps où les traitements inhumains et dégradants sont la norme, au point que beaucoup y sont morts ;

- Que la justice italienne a déjà jugé, lors de l’affaire du navire “Cap Anamur” en 2009, que le capitaine doit être le seul juge du port sûr le plus proche vers lequel des boat-people doivent être débarqués en toute sécurité ;

- Que la Libye, en proie à une instabilité politique grave, n’est pas signataire de la Convention de Genève sur les réfugiés, et connue pour ne pouvoir offrir aucune protection véritable à des migrant(e)s rescapé(e)s, qu’ils ou elles soient ou non en demande de protection internationale ;

- Que la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) a condamné l’Italie, dans l’affaire « Hirsi Jamaa » de 2012, pour avoir refoulé en haute mer des migrants vers la Libye ;

- Que la CEDH a suspendu en urgence il y a moins d’un mois la décision des autorités maltaises de refouler des boat-people vers la Libye ;

- Qu’au lieu de coopérer dans le secours, l’Italie et Malte continuent de se rejeter la responsabilité de l’assistance des boat-people, cela aux dépens de leur sécurité.

Nous demandons :

- À l’Italie et aux autres États européens, de cesser toute instruction de débarquement en Libye de potentiels demandeurs d’asile comme les boat-people de l’“Adakent” dont les droits les plus élémentaires sont désormais menacés ;

- À Malte ou à l’Italie, de donner immédiatement aux boat-people du “Salamis” la protection internationale dont ils peuvent se réclamer ;

- À la Commission européenne, de prendre des mesures contre les États qui refusent de débarquer des demandeurs d’asile, ou qui donnent instruction à des navires de débarquer des boat-people en Libye.

Nous demandons que la notion de « port sûr » soit redéfinie, pour que son interprétation ne se limite pas à la sécurité physique immédiate des boat-people, mais prenne en compte les risques de renvoi ou de traitements inhumains et dégradants auxquels les personnes débarquées seraient exposées.

Boats4People exprime toute sa solidarité envers le capitaine du “Salamis”, et demande à tous les États impliqués de renoncer à poursuivre ce dernier ou tout marin qui aurait secouru des boat-people. 

Bamako, Rabat, Tunis, Rome, Paris


Kanalreunion.com