Monde

Les HUG, l’Université de Genève et le CICR signent un accord pour renforcer l’assistance médicale aux victimes de conflits armés

HUG, UNIGE et Croix-Rouge

Témoignages.re / 12 mars 2015

Un accord cadre de partenariat a été signé ce jeudi 12 mars 2015 à Genève entre les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), la faculté de médecine de l’Université de Genève (UNIGE) et le Comité international de la Croix-Rouge (CICR). Cet accord va renforcer la coopération dans des domaines aussi divers que la formation, la recherche, l’action en santé humanitaire, la mise à disposition de ressources en personnel médical, et le suivi de la santé des collaborateurs du CICR, l’objectif ultime étant d’accroître l’efficacité et la qualité de l’assistance médicale apportée aux victimes de conflits armés et d’autres situations de violence.
 

Pour les millions de personnes qui subissent les effets des conflits armés et autres crises à travers le monde, l’accès à des soins médicaux et de santé est vital. Les besoins humanitaires ne cessent d’augmenter et de nouveaux moyens doivent être mis en œuvre pour y répondre.
 
« Le partenariat que nous signons aujourd’hui avec les HUG et l’UNIGE va nous permettre d’assurer une meilleure qualité de notre réponse en matière de santé et d’assistance médicale pour les victimes de conflits armés. Le CICR a besoin de pouvoir compter sur des partenaires experts et compétents pour relever ce défi. Ensemble, nous allons apporter les solutions les mieux adaptées en fonction des besoins spécifiques des personnes, a déclaré Yves Daccord, directeur général du CICR. En choisissant de renforcer notre partenariat avec les HUG et la faculté de médecine de l’UNIGE, nous consolidons aussi l’ancrage historique du CICR à Genève. »
 
« Après avoir été moi-même engagé sur le terrain avec le CICR dans les années 1990, j’ai à cœur aujourd’hui de poursuivre cet engagement humanitaire et de soutenir les activités déployées depuis une trentaine d’années par les HUG à travers le monde », a souligné Bertrand Levrat, directeur général des HUG. 
 
« Cet accord renforce et étend les collaborations qu’entretiennent, de longue date, l’UNIGE et le CICR. Ces collaborations concernent la médecine, mais aussi le droit, les sciences sociales et l’histoire » précise Jean-Dominique Vassalli, recteur de l’UNIGE. « Elles pourraient encore s’étendre prochainement à d’autres domaines, comme l’éthique par exemple ». 
 
Les principaux axes de collaboration de l’accord cadre portent sur les domaines suivants : la mise à disposition du CICR d’expertise clinique et de personnel médical ou soignant par les HUG, la collaboration avec les différents services chargés du suivi de la santé des collaborateurs du CICR (notamment pour les consultations et les vaccinations), des formations et un soutien au développement d’une expertise sur les enjeux de santé publique spécifiques aux pays touchés par des conflits.
 
Dès 1999, les HUG ont mis à disposition de l’organisation humanitaire du personnel médical, infirmier ou paramédical qualifié et compétent. Au cours des quatre dernières années, une quinzaine de professionnels des HUG ont ainsi travaillé avec le CICR en Afghanistan, en Iraq, en Haïti, au Pakistan, en République démocratique du Congo, au Yémen et plus récemment, au Soudan du Sud. Avant leur départ et à leur retour, ils bénéficient, tout comme les délégués du CICR, d’une consultation médicale assurée par le service de médecine tropicale et humanitaire des HUG.
 
Dans les années 2000, la collaboration s’est élargie au soutien à plusieurs hôpitaux au Kenya, en Irak et en Afghanistan, en vue de renforcer la capacité de prise en charge des pathologies les plus fréquentes. C’est ainsi qu’à la frontière du Soudan, des chirurgiens des HUG ont formé leurs homologues à l’hôpital de Lokichokio. A Bagdad, une formation en ergothérapie a été dispensée au sein de l’hôpital psychiatrique Al Rashad, et l’hôpital Mirwais à Kandahar a bénéficié de soutien pour mettre en place des téléconsultations. Plus récemment, un atelier sur la gestion hospitalière a été organisé conjointement par les HUG et le CICR pour des directeurs d’hôpitaux en Corée du Nord.
 
Le CICR, les HUG et l’UNIGE ont également développé des programmes de formation continue, de e-learning, des séminaires thématiques ou des cours HELP (Health Emergencies in Large Populations). Créés en 1986 par le CICR, ces cours ont déjà été dispensés à 3 400 professionnels dans plusieurs régions d’Amérique latine, d’Amérique du Nord, d’Afrique, d’Asie, d’Europe occidentale et orientale, avec une participation active de médecins des HUG et en coopération avec le CERAH (Centre d’enseignement et de recherche en action humanitaire de Genève).
 
Pour le CICR, mieux répondre aux besoins en matière de santé, notamment dans le domaine de la chirurgie, des premiers secours et de la médecine hospitalière, de l’orthopédie, des soins aux détenus, du soutien psychologique aux victimes de torture ou de violences sexuelles, est une priorité pour les années à venir. Le CICR poursuivra aussi ses efforts afin de rendre plus sûre la fourniture des soins de santé dans les conflits armés et autres situations d’urgence.


Kanalreunion.com