Monde

Les intérêts des producteurs de bananes antillais sacrifiés par les Européens

Lourdes menaces pour l’emploi

Témoignages.re / 24 septembre 2012

Les députés au Parlement européen ont voté contre le renforcement des clauses de sauvegarde protégeant les producteurs de bananes des Antilles. Younous Omarjee a pris la défense des intérêts des producteurs d’Outre-mer. Le député de l’Alliance des Outre-mer regrette que « les députés européens français se sont donc prononcés, à l’exception de ceux du Front de gauche, en faveur du coup dur qui est porté par l’Union européenne à la banane des Antilles ». Un article paru sur le site FXG Caraïbes rend compte de cet événement.

Jeudi 13 septembre, un débat suivi d’un vote a eu lieu à l’Europarlement à Strasbourg ; il s’agissait de se prononcer sur les clauses de sauvegarde prévues pour les filières bananes européennes, suite aux accords commerciaux que l’Union européenne a conclus avec l’Amérique centrale, la Colombie et le Pérou.

Ces accords, de l’avis généralement partagé par l’ensemble des représentants politiques des Départements d’Outre-mer, font peser de lourdes menaces quant à l’avenir des producteurs de bananes de Martinique et de Guadeloupe. C’est ainsi que le député européen (Alliance des Outre-mer-Réunion) Younous Omarjee a déposé des amendements visant à renforcer les clauses de sauvegarde en proposant notamment « la réélévation du taux de douane à son maximal applicable au sein de l’Organisation mondiale du commerce ».

Ses amendements sont tous tombés. Younous Omarjee a regretté que les députés Verts, UMP et Modem se soient « clairement prononcés contre les amendements qui permettaient de faire bénéficier aux producteurs de bananes européens de réelles clauses de sauvegarde, qui ne soient pas dégressives et donc inopérantes dès 2014 et non laissées pour application à la libre décision de la Commission européenne ».

Parmi les députés qui se sont opposés à la protection a minima des producteurs de bananes dans les Antilles telle que la voulait l’élu réunionnais, on trouve notamment les députés Maurice Ponga (élu UMP calédonien de la circonscription outre-mer) et Jean-Jacob Bicep (élu de la circonscription Ile-de-France, originaire de Guadeloupe et délégué national à l’Outre-mer du parti EELV). « Nous n’avons pas de divergence d’intérêt, a fait savoir M. Bicep, et nous avons considéré que la clause était suffisante eu égard au respect des normes environnementales et sociales ».

Les députés socialistes français se sont positionnés en faveur de tous les amendements de Younous Omarjee, à l’exception de ceux modifiant la dégressivité des clauses de sauvegarde. Patrice Tirolien (élu PS guadeloupéen de la circonscription outre-mer) a argumenté en précisant que les socialistes ont préféré se positionner selon les recommandations faites par l’OMC à ce sujet. « Les députés européens français, dénonce M. Omarjee, se sont donc prononcés, à l’exception de ceux du Front de gauche, en faveur du coup dur qui est porté par l’Union européenne à la banane des Antilles et des nombreux emplois qui en dépendent. Ce, sans qu’aucun réel filet de sécurité ne leur soit concédé ».

Du côté de l’Union des groupements des producteurs de bananes de Guadeloupe et Martinique, on n’a pas réagi à ce vote.


Kanalreunion.com