Monde

Les menaces s’intensifient en Corée

Asie

Céline Tabou / 6 avril 2013

Le ministre sud-coréen de la Défense, Kim Kwan-jin, a annoncé l’installation par la Corée du Nord de deux missiles sur sa côte. Selon un haut responsable sud-coréen, « le Nord est apparemment prêt à tirer ces missiles sans avertissement ».

Les autorités du Sud ne savent pas si les engins sont armés. Kim Kwan-jin a expliqué devant la Commission de la Défense du Parlement, à Séoul, que le missile pouvait parcourir « une distance considérable », mais pas au point d’atteindre la partie continentale du territoire des États-Unis. « Il pourrait être destiné à un tir d’essai ou à des manœuvres militaires », a estimé le ministre.

Deux missiles à portée

Le premier missile a une portée théorique de 3.000 kilomètres pouvant atteindre la Corée du Sud ou le Japon. Selon les presses sud-coréenne et japonaise, cité par l’“AFP”, le Nord semble avoir positionné sur ses côtes orientales toute une batterie de Musudan. Cependant, en cas de charge légère, le missile peut atteindre théoriquement l’île de Guam dans le Pacifique où sont situées les bases militaires américaines.

D’après l’agence sud-coréenne de presse “Yonhap”, le Nord pourrait tirer un missile le 15 avril, date anniversaire de la naissance du fondateur du régime communiste nord-coréen, Kim Il-sung, mort en 1994. Le second missile, de moyenne portée, sur sa côte orientale a été hissé sur un lance-missiles mobile, a rapporté vendredi l’agence sud-coréenne “Yonhap”, citant un haut responsable gouvernemental à Séoul.

Le Ministère de la Défense avait confirmé l’installation par Pyongyang de missiles : « Il a été confirmé que la Corée du Nord a transporté par train, en début de semaine, deux missiles Musudan de moyenne portée, vers la côte Est et les a installés sur des véhicules équipés d’un dispositif de lancement », a déclaré le haut responsable cité par l’agence.

L’inquiétude des Sud-Coréens

Sur le site de France 24, des « observateurs » sud-coréens ont expliqué que les autorités tentaient d’apaiser les relations, mais qu’elles seraient prêtes à répondre « avec force et immédiatement » si la Corée du Nord attaquait son territoire.

Steven Sungyong Heo — qui a terminé récemment terminé son service militaire — a déclaré que « Si une guerre éclate avec la Corée du Nord, j’y participerai, c’est certain. Même si nous n’en sommes pas encore là, c’est un sentiment étrange pour ma génération qui, contrairement à celle de mes parents, n’a jamais connu la guerre ».

Ce dernier a rajoute qu’ « Il est difficile de comprendre les réels desseins de la Corée du Nord, car on se perd au milieu de toute cette propagande ridicule ».

De son côté, Kim Mi-na, étudiant en Économie à Séoul, fait part de ses inquiétudes : « J’essaie de ne pas penser à tout cela, mais je suis un peu inquiet. Je pense que la Corée du Nord est capable de nous déclarer la guerre. Nous étions déjà en guerre contre elle il y a cinquante ans, et elle nous a ciblés plusieurs fois depuis, il faut donc prendre ses menaces au sérieux. Néanmoins, si la guerre devait éclater maintenant, je crains que ce soit beaucoup plus grave que par le passé, car des armes nucléaires pourraient être utilisées par le Nord ».

Céline Tabou


Kanalreunion.com