Monde

Les ministres africains de l’agriculture jettent les bases d’une initiative « croissance pour l’emploi »

Lutte contre le chômage

Témoignages.re / 28 avril 2014

Les ministres africains de l’agriculture entameront une concertation conjointe du 29 avril au 2 mai 2014 pour discuter des éléments principaux d’une croissance de l’agriculture africaine et des stratégies de transformation, a déclaré vendredi à Addis Abeba, un haut responsable de l’Union africaine (UA).

Le Commissaire de l’UA pour l’économie rurale, Rhoda Tumusiime, a déclaré que les ministres en charge du développement rural vont conjuguer les efforts pour assurer que la croissance africaine est conduite par un secteur agricole qui se base sur les meilleures technologies pour booster l’industrialisation.

« L’agriculture doit être considérée comme un business viable. Nous voulons que les femmes et la jeunesse fassent partie de la croissance. L’agriculture a été longtemps considérée comme donnée. Nous voulons que les agriculteurs aient accès aux ressources pour booster la productivité », a souligné Tumusiime.

La rencontre définira des stratégies pour booster l’agriculture en Afrique. Elle discutera également de comment l’agriculture africaine pourrait être transformée dans le but de permettre aux agriculteurs de bénéficier des nouvelles opportunités de marché à travers le monde.

« L’industrialisation en Afrique doit être basée sur l’agriculture. Si nous faisons cela, nous voulons dire que l’accès à l’alimentation est amélioré et que nos industries locales seront en mesure de développer leurs capacités de manufacture.

La rencontre intervient dans un contexte où des inquiétudes sur le plan mondial montrent que l’Afrique reste pauvre malgré des rapports d’une très bonne croissance économique dans de nombreux pays.

Les experts indiquent que la croissance est conduite par des investissements dans les minéraux, les infrastructures et les télécommunications, dont les impacts ne sont ressentis que par une infime partie de la société.

L’UA insiste pour dire que l’Afrique doit également bénéficier de l’énorme potentiel de pêche du continent.

« Les chemins de la croissance doivent prendre en considération les fondements de l’agriculture. Nous voulons utiliser l’agriculture comme un tremplin vers notre industrialisation », a déclaré Tumusiime aux journalistes.

Les ministres discuteront, par ailleurs, de « l’économie bleue », en insistant sur le besoin de transformer les ressources massives en pêche du continent en une industrie.

« L’industrie de la pêche est dominée par les entreprises étrangères. Nous ne disons pas qu’elles doivent quitter, mais nous disons qu’elles doivent transformer la pêche sur le continent. Nous voulons que les poissons pris dans nos océans soient transformés en Afrique », a soutenu Tumusiime.

Les acteurs africains de l’agriculture insistent que le temps est venu pour les agriculteurs, y compris les pêcheurs, d’évoluer dans un grand environnement pour créer la croissance économique qui bénéficie aux populations.

« Nous ne voulons pas voir le business comme d’habitude s’approcher des lieux où des pêcheurs utilisent des pirogues pour de petites captures et ventes à la plage. Nous voulons de la transformation.


Kanalreunion.com