Monde

Les panneaux solaires chinois taxés par l’UE

Vers une énergie solaire plus chère ?

Céline Tabou / 6 juin 2013

La Commission européenne a annoncé mardi 4 juin, l’intention de l’Union européenne d’imposer des taxes antidumping provisoires sur les importations de panneaux solaires, de cellules photovoltaïques et de composants en provenance de Chine.

JPEG - 71.8 ko
La Commission européenne compte taxer les produits photovoltaïques en provenance de Chine.

Cette taxe de 11,8% devrait courir jusqu’au 6 août 2013, pour être ensuite portée à 47,6%, a indiqué le commissaire européen au Commerce Karel De Gucht, lors d’une conférence de presse donnée au siège de la Commission européenne à Bruxelles.

« Assurer la stabilité de l’approvisionnement »

Karel De Gucht a expliqué que cette décision faisait « suite à une enquête exhaustive et sérieuse et des contacts de longue date avec les acteurs du marché. Comme le marché pour les importations des panneaux solaires dans l’UE est très large, il est important pour cette taxe de ne pas le perturber ». L’objectif de ces mesures graduelles est de permettre d’«  assurer la stabilité de l’approvisionnement en panneaux solaires dans le court terme  », car 18 des 27 États membres de l’UE ont voté contre l’imposition d’une taxe provisoire sur les panneaux solaires chinois.

Malgré ces « circonstances particulières », la Commission européenne souhaite poursuivre les négociations avec la Chine, afin de « trouver une solution de sorte que ladite taxe provisoire puisse être suspendue », a indiqué l’agence de presse chinoise, Xinhua.

De son côté, l’Alliance pour une énergie solaire abordable (Afase) a adressé une pétition Karl De Gucht, afin que la taxe ne soit pas appliquée, car cela « nuit directement à la lutte de l’UE contre le changement climatique ». D’après la pétition, les droits de douane punitifs « rendront l’énergie solaire, un outil majeur dans la lutte contre le changement climatique, plus chère que le charbon ou le nucléaire ».

Une «  taxe punitive  »

L’instauration de cette « taxe punitive sur les panneaux solaires chinois intervient alors que le Premier ministre chinois Li Keqiang s’est entretenu lundi 3 juin avec le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso », a indiqué Xinhua. Lors de cet échange, le Premier ministre a évoqué l’affaire et indiqué qu’elle pouvait « nuire aux intérêts chinois et européens ». Li Keqiang a expliqué que « La Chine est fermement opposée au protectionnisme et aux recours commerciaux abusifs », ajoutant que «  personne ne sortirait vainqueur d’une guerre commerciale  ».

Ce dernier s’était d’ailleurs rendu en Allemagne, principal concurrent de la Chine dans le domaine, afin d’échanger avec la chancelière allemande, Angela Merkel. À cette occasion, Berlin avait plaidé pour une « solution politique » afin d’éviter tout conflit commercial. Angela Merkel avait d’ailleurs rassuré les dirigeants chinois en annonçant qu’elle ne soutiendrait pas l’option d’une taxe européenne.

À quelques heures de la décision de la Commission européenne, la Chine s’est dit « disposée à trouver une solution raisonnable qui soit acceptable pour les deux parties, par le biais de consultations dans le cadre des dispositifs commerciaux bilatéraux, afin de promouvoir davantage le développement du partenariat stratégique global entre la Chine et l’UE ».

Céline Tabou


Kanalreunion.com