Monde

Les pro-austérité mis en défaite

Allemagne

Céline Tabou / 15 mai 2012

Les élections régionales de la Rhénanie du Nord-Westphalie, le Land plus peuplé d’Allemagne, se sont clôturées par « une défaite dramatique de la CDU », parti d’Angela Merkel. Les gagnants sont les sociaux-démocrates et les Verts, alliés au Parlement régional.

L’Union chrétienne-démocrate (CDU - conservateurs) de la chancelière allemande Angela Merkel a enregistré son plus mauvais score depuis la Seconde Guerre mondiale, dimanche 13 mai, lors de ces élections régionales.

Un revers pour le parti d’Angela Merkel

Selon les premières estimations citées par l’agence de presse Reuters, les sociaux-démocrates du SPD ont obtenu 38,5% des suffrages et devraient être en mesure de former une majorité stable avec les Verts, qui ont récolté 12,2% des voix. La CDU de son côté, s’effondre à 25,8% contre près de 35% en 2010, ce qui constitue le plus mauvais résultat des conservateurs depuis 1945. « Ce n’est pas une bonne soirée pour Merkel », a commenté à Reuters, Gero Neugebauer, spécialiste politique de l’Université libre de Berlin. « Cette élection va renforcer le SPD et cela va faire bouger les choses à Berlin », a-t-il ajouté.
Le nouveau parti des Pirates, prônant la liberté sur internet, obtient 7,6% des voix et fait son entrée dans un quatrième parlement régional. De leurs côtés, les libéraux du FDP, membres de la coalition gouvernementale, obtiennent 8,6% des suffrages et effectuent leur retour au sein de l’assemblée régionale. Cette nouvelle donne politique va remettre en question la coalition menée par Angela Merkel. En effet, les deux camps s’opposent sur de nombreux sujets notamment la gestion de la crise de l’euro, la création d’une taxe sur les transactions financières, d’après "LePoint.fr", tous les sujets importants sont tendus entre les libéraux et les chrétiens-démocrates. "LePoint.fr" note qu’Angela Merkel « songerait même à provoquer des élections anticipées pour débloquer la situation ».

Des conséquences pour l’Union européenne

Une semaine après l’élection en Grèce et en France, où les électeurs ont voté contre la politique d’austérité, les Allemands de Rhénanie du Nord Westphalie, considéré comme un « bastion historique de la gauche », ont opté pour l’opposition fédérale sociale-démocrate (SPD). Vote de contestation contre la politique rigoriste de Mme Merkel, les résultats des conservateurs sont un avertissement pour la chancelière au pouvoir depuis 2005 et réélue en 2009.
La défaite d’Angela Merkel pourrait avoir des conséquences au niveau européen. « Si en Europe l’impression se propage que Merkel est une chancelière en perte de vitesse, son influence et son pouvoir devraient diminuer » a indiqué le Hamburger Abendblatt, sur le NouvelObs. Pour le quotidien "Financial Times Deutschland" (FTD), Angela Merkel « doit composer avec un SPD qui prend clairement ses distances » de la politique d’austérité. « L’adoption du pacte européen budgétaire, qui nécessite les deux tiers des voix (des députés) sera une lourde tâche » a indiqué le quotidien. Ces élections se sont transformées en référendum sur la politique de rigueur budgétaire d’Angela Merkel, qui vient d’être désavoué lors de ces élections.

Céline Tabou


Kanalreunion.com