Monde

Nouvelle tentative de renforcer le camp pro-occidental

Elections législatives en Estonie

Céline Tabou / 3 mars 2015

Une semaine après le défilé des forces de l’OTAN à Narva, à la frontière de l’Estonie et de la Russie, les élections législatives ont été remportées par le parti au pouvoir, le parti de la Réforme (centre), mettant à nouveau à la tête du pays, Taavi Roivas, comme Premier ministre de l’Estonie.

JPEG - 81.7 ko
Dans la semaine qui a précédé les élections, l’OTAN a fait d’importantes manœuvres en Estonie avec comme point d’orgue une parade de blindés américains à 300 mètres de la frontière de la Russie.

Le chef du gouvernement sortant, Taavi Roivas, devra former une nouvelle coalition, avec le parti des pro-russe du Centre, qui ont obtenu 27 sièges de députés sur les 101, tandis que les sociaux-démocrates ont 15 sièges et les conservateurs d’IRL 14.
Les Estoniens ont voté dimanche 1er mars dans un climat d’inquiétude pour la sécurité du pays face à Moscou. En effet, l’annexion de la Crimée et les évènements en Ukraine sont suivies quotidiennement par les 1,3 million d’habitants, dont 25 % sont russophones. Pour accentuer la tension, les exercices militaires russes organisés à la frontière estonienne quelques jours avant le scrutin ont renforcé les doutes de certains Estoniens. Ces derniers estiment que Moscou a l’intention de déstabiliser les pays de l’ancienne Union soviétique.

« Si les Russes viennent ici, il y aura, par exemple, 1.000 ou 10.000 chars à la frontière. L’Estonie ne peut rien faire et je ne suis pas sûr que l’OTAN vienne nous aider », a expliqué Pyotr Sirotkin, étudiant à l’Université de Tallinn, à l’Agence France Presse. Pour le jeune homme, « la situation changerait totalement si les Américains venaient ici pour nous défendre ».

Un vœu exaucé, car l’armée américaine tente de consolider ses positions dans la région, pour faire face à la Russie, mais également à son voisin chinois. Pour le Premier ministre sortant et membre du parti de la Réforme, Taavi Roivas, « la situation sécuritaire actuelle se perpétuera sur une longue période », car « ce n’est pas seulement du mauvais temps, c’est un changement climatique ».

Ce dernier a d’ailleurs relayé les positions de ses homologues letton et lituanien qui veulent une présence accrue de l’Otan pour répondre à celle de l’armée russe à proximité de leurs frontières. Dans un tel contexte, l’Alliance des pays de l’Atlantique Nord, a annoncé la création d’une force « Fer de lance » de 5.000 hommes et de six centres de commandement dans la région, dont un en Estonie.

D’après Ahto Lobjakas, éditorialiste du journal estonien “Postimees”, les résultats de l’élections montrent une « orientation pro-occidentale de l’Estonie », et annonce un « engagement envers l’UE et l’Otan peut être encore plus prononcé », notamment avec le renforcement de l’aile droite au Parlement avec l’arrivée des nouveaux partis.


Kanalreunion.com