Monde

OTAN : la Russie sera traitée en adversaire

Des militaires occidentaux utilisent la situation en Ukraine

Témoignages.re / 2 mai 2014

20 ans après la fin de la Guerre froide, l’OTAN va recommencer à traiter Moscou comme un adversaire. C’est ce qu’affirme un général de l’Organisation militaire occidentale.

« La Russie a déclaré clairement l’OTAN comme un adversaire, par conséquent nous commençons par ne plus considérer la Russie comme un partenaire, mais comme un adversaire », a dit le général Alexander Verbshow, secrétaire général délégué de l’OTAN.
D’après le général occidental, l’annexion de la Crimée et les émeutes dans l’Est de l’Ukraine, apparemment téléguidées selon lui, ont fondamentalement changé les relations entre l’OTAN et la Russie.

« En Europe centrale, nous avons deux visions différentes ». Pour le représentant de l’OTAN, la Russie veut imposer son hégémonie et limiter la souveraineté des pays qui l’entoure alors que l’OTAN, dit-il sans rire, veut défendre la liberté de choix.

Bases permanentes aux frontières russes

Depuis le mois d’avril, l’OTAN a suspendu unilatéralement toute coopération civile et militaire avec la Russie, bien que la Russie ait maintenu une mission diplomatique auprès de l’OTAN, représentation créée en 1998.

Le général Verbshow précise qu’il est possible que l’OTAN installe un nombre important de troupes dans les pays de l’Est de l’Europe, de manière permanente, il indique malgré tout que le déploiement d’armes nucléaires dans ces pays n’est pas encore à l’ordre du jour. C’est une violation d’un accord conclu en 1997 entre l’OTAN et la Russie selon lequel l’extension de l’OTAN vers la Pologne et plusieurs anciennes Républiques soviétiques ne doit pas s’accompagner de l’installation de bases permanentes de l’OTAN dans ces pays. Pour justifier ce changement, le général Verbshow estime que la situation de l’Ukraine est une violation de l’accord par la Russie. Car il voit l’influence de Moscou dans les événements qui secouent ce pays.

Des paroles sans portée ?

Plusieurs observateurs relativisent la portée des déclarations du représentant de l’OTAN. L’Allemagne et la France ont des liens économiques susbstantiels avec la Russie, toute dégradation de la situation politique pourra avoir des conséquences économiques qui ne seront pas négligeables.

De plus, si la Russie est considérée comme un ennemi par l’OTAN, alors les Occidentaux auront encore plus de difficulté à continuer la guerre qu’ils mènent depuis 13 ans en Afghanistan. Car tout transit de matériel de guerre sur le territoire russe sera alors impossible.


Kanalreunion.com