Monde

Pour la réparation des victimes de l’esclavage

Mauritanie

Témoignages.re / 9 août 2010

Le secrétaire général de l’Initiative pour la résurgence du mouvement antiesclavagiste (IRA-Section Mauritanie), Biram Ould Dah Ould Abeid, a appelé dimanche à l’adoption de « mesures urgentes » pour asseoir une politique de « discrimination positive » dans ce pays.

Biram Ould Dah Ould Abeid a invité, au cours d’une conférence de presse à Nouakchott, à établir « un diagnostic sans complaisance de la situation démographique et sociale de l’esclavage et de la situation des Haratin (maures noirs) ».
Selon M. Ould Abeid, cette politique de discrimination positive servira comme « un dispositif de réparation de préjudices historiques, fondé sur une démarche visant la réconciliation nationale et l’instauration de la justice sociale ».
« Elle (cette politique) instaure un traitement spécifique en faveur de certaines catégories considérées comme historiquement victimes de graves discriminations du fait de l’appartenance culturelle, sexuelle, ethnique, sociale... », a indiqué le responsable de l’ONG antiesclavagiste.
La discrimination positive « doit être la suite logique de la reconnaissance des torts causés à la collectivité haratin et créer une dynamique de rattrapage sans laquelle le retard dont est victime cette importante frange de la population nationale ne sera jamais comblé », a-t-il ajouté.
La Mauritanie, rappelle-t-on, a adopté en 2007 une loi criminalisant les pratiques esclavagistes.
Toutefois, plusieurs ONG dénoncent une absence totale de la mise en œuvre des dispositions de cette loi du fait de la « complicité » de l’administration et de la justice et réclament des mesures de discrimination positive pour réparer « un vieux préjudice ».


Kanalreunion.com