Monde

Priorité à la lutte contre la pauvreté dans le monde

ATD Quart Monde appelle à la mobilisation pour une nouvelle gouvernance mondiale

Témoignages.re / 14 janvier 2012

Dans le dernier numéro de sa revue intitulée "Feuille de route", le Mouvement ATD Quart Monde souligne la gravité de la situation des plus pauvres sur la planète. En particulier, comme "Témoignages" ce jeudi, le journal attire l’attention sur la misère dont souffre par exemple le peuple haïtien deux ans après le séisme qui a frappé son pays. En même temps, plusieurs pistes sont évoquées pour combattre les causes de ces tragédies vécues chaque jour par une grande partie de l’humanité.

"Témoignages" conseille à ses lecteurs de voir l’interview vidéo d’Eugen Brand, Délégué général du Mouvement international ATD Quart Monde, qui s’exprime sur http://vimeo.com/32275862 au sujet de la "crise mondiale". Un sujet également largement évoqué dans le numéro de janvier de la revue de cette organisation, qui présente plusieurs ouvrages parus à ce sujet ces dernières années.
Pour commencer, nous citerons le livre "Éradiquer la misère", coordonné par Xavier Godinot. À partir de récits de vie sur quatre continents, l’ouvrage analyse les conditions nécessaires à la reconnaissance des individus et à leur accès aux droits fondamentaux. Il confronte les thèses des économistes qui ont travaillé sur les liens entre mondialisation et extrême pauvreté. Il éclaire l’articulation entre transformation personnelle et transformation sociale, faisant le constat que la misère n’est pas seulement un problème de pauvreté matérielle, mais aussi de rejet, de mépris et d’exclusion sociale.

Une autre gouvernance mondiale

« Éradiquer la misère » est une proposition réaffirmée régulièrement dans les plus grands textes internationaux, comme le préambule de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme de 1948. À côté des dimensions économiques et environnementales, l’élimination de l’extrême pauvreté constitue le troisième volet d’un modèle de développement plus équitable et plus durable qu’il est urgent de mettre en œuvre.
Un second ouvrage mérite également d’être cité. Il s’agit d’"Extrême pauvreté et gouvernance mondiale", de Xavier Godillot. Ce cahier a pour objet de faire des propositions pour que, d’une part l’éradication de l’extrême pauvreté soit placée au cœur des objectifs politiques poursuivis par une gouvernance mondiale rénovée. Et pour que, d’autre part la participation des plus pauvres de l’humanité à l’élaboration des principes nouveaux qui devraient régir la future gouvernance mondiale, soit reconnue comme une condition indispensable du succès de cette entreprise.

« Résister chaque jour à la misère »

Ce cahier s’appuie essentiellement sur le constat et les propositions présentés par Xavier Godinot dans son livre "Éradiquer la misère, démocratie, mondialisation et droits de l’Homme" pour énoncer les recommandations indispensables afin que d’une part les droits de l’homme soient respectés pour tous y compris pour les plus faibles de l’humanité et que d’autre part les différents acteurs de notre monde assurent leurs responsabilités en redonnant la priorité aux fondements du « vivre ensemble ».
La première partie du livre, « Résister chaque jour à la misère », plonge le lecteur dans quatre récits de vie de personnes en situation de grande pauvreté au Burkina Faso, aux Philippines, en France et au Pérou. Ces récits donnent la parole aux différents acteurs impliqués. Résultant d’un partage d’expériences de huit années au moins, ils permettent d’appréhender les dynamiques familiales de résistance à la misère, leurs réussites et leurs échecs, domaine où les travaux de recherche sont rares.

Renouveler la démocratie

La seconde partie du livre, « Liens fondamentaux et droits fondamentaux », montre, à partir des quatre récits, combien le renouement ou le renforcement des liens familiaux, des liens d’appartenance communautaire, de participation organique et de citoyenneté, constituent une condition nécessaire à la reconnaissance des individus et à leur accès aux droits fondamentaux. Ces récits sont ensuite resitués dans le contexte de la mondialisation. L’apport de Joseph Wresinski, fondateur du Mouvement ATD Quart Monde, éclaire le rôle des mouvements sociaux, mais aussi l’articulation entre transformations personnelles et transformations sociales requises par le projet d’éradiquer la misère. La conclusion souligne l’urgence de redéfinir la richesse et de renouveler la démocratie.
L’originalité de cet ouvrage est d’associer étroitement approche de terrain et analyse structurelle, en utilisant les apports les plus récents des sciences humaines. À ceux qui veulent imposer des programmes technocratiques voués à l’échec, comme à ceux qui se croient impuissants et prétendent que la misère est fatale, les auteurs opposent le projet de construire une société plus juste, en s’associant avec les plus défavorisés et en s’efforçant de gagner les changements requis, personne par personne.

Un déni d’humanité

Dans une dernière partie des propositions concrètes sont formulées pour permettre aux plus pauvres de sortir de la misère et pour que la richesse inestimable de leur expérience soit reconnue et prise en compte pour déterminer les objectifs et les processus de décision indispensables à la mise en œuvre d’une gouvernance mondiale soucieuse de promouvoir un monde plus humain.
Enfin, nous citerons le livre "Des pailles dans le sable", dans lequel Quand Niek Tweehuijsen, volontaire d’ATD Quart Monde, part en Tanzanie, où il a en tête de retrouver Patricia, personnage clef de son enfance. Cette quête l’entraînera beaucoup plus loin, dans un périple initiatique, en lien avec les plus démunis, et dans une construction d’espoir.
Ce témoignage exceptionnel est à la fois le récit d’un voyage initiatique, un vibrant manifeste pour la dignité et un cri d’alarme face au déni d’humanité dans lequel une partie grandissante de la population mondiale est plongée.


Kanalreunion.com