Monde

Raul Castro nouveau dirigeant du Parti communiste cubain

Cuba : Le chef de l’État succède à Fidel Castro à la Direction du PCC

Céline Tabou / 21 avril 2011

Le président de Cuba, Raul Castro, a été élu mardi 19 avril premier secrétaire du Comité central du Parti communiste cubain (PCC). Les objectifs du frère de Fidel Castro seront la « continuité du perfectionnement du socialisme et ne jamais permettre un retour au régime capitaliste ».

Pour la première fois depuis la création du PCC, en 1965, Fidel Castro n’a pas été cité au Comité central. En mars 2010, le chef d’État avait indiqué avoir quitté le plus haut poste du parti après être tombé malade, en 2006. Il n’a jamais repris son poste depuis, même s’il était considéré comme le leader du parti.

La jeunesse, acteur du développement de Cuba

Dans son dernier communiqué de presse diffusé le 17 avril, Fidel Castro se réjouissait de la « formation de cette nouvelle génération, de sa culture si élevée, si différente de celle qui s’alphabétisait justement en 1961 quand les bombardiers yankees aux mains de mercenaires attaquaient la patrie. La plupart des délégués au Congrès du parti étaient alors des enfants, voire n’étaient pas nés ».

« La nouvelle génération est appelée à rectifier et à changer sans hésitation tout ce qui doit être rectifié et changé, et à continuer de prouver que le socialisme est aussi l’art de l’impossible : avoir édifié et mené à bien la Révolution des petites gens, par les petites gens et pour les petites gens, et l’avoir défendue durant un demi-siècle contre la nation la plus puissante qui ait jamais existé », a expliqué Fidel Castro.

Son frère, Raul, avait promis de rajeunir la Direction du parti, et de féminiser. Raul Castro a annoncé que parmi les 115 membres que comprend actuellement le Comité central, 41,9% sont des femmes, soit un nombre de 48, dont 36 d’origine africaine, lesquelles occupent une proportion de 31,3% dans l’instance suprême du parti.

Un changement économique et politique

Parmi les 300 propositions économiques non communiquées, des mesures auraient été adoptées sur la recommandation visant à légaliser l’achat et la vente de propriétés privées, l’élimination éventuelle du livret de rationnement mensuel qui procure aux Cubains des aliments et des produits de première nécessité à des prix hautement subventionnés, ou encore l’octroie des mises de fonds initiales aux aspirants entrepreneurs et l’élimination du système de double monnaie en vigueur dans le pays.

De son côté, Raul Castro a indiqué : « … nous sommes arrivés à la conclusion qu’il est recommandable de limiter à deux mandats consécutifs de cinq ans au maximum les responsabilités politiques et étatiques fondamentales. C’est possible et nécessaire dans les circonstances actuelles, bien différentes de celles des premières décennies d’une Révolution pas encore consolidée et constamment en butte, par ailleurs, à des menaces et à des agressions », devant les 1.000 délégués du Congrès du PCC, le premier depuis 1997. Cette idée devrait être discutée lors d’une conférence nationale du parti programmée en janvier 2012. Dans une réflexion publiée le 18 avril, Fidel Castro s’est intéressé au projet de son frère sur le pouvoir et la limitation des mandats : « L’idée m’a plu. C’était un point sur lequel j’avais beaucoup réfléchi ».

La Baie des Cochons célébrée, « la trahison de Kennedy »

Le 6ème Congrès du PCC — le premier depuis 1997 — s’est ouvert à l’occasion de la célébration du 50ème anniversaire de la débâcle américaine de la Baie des Cochons. En présence d’un millier de délégués, le président cubain a annoncé vouloir procéder à « la correction des erreurs commises au cours des cinq décennies de la construction du socialisme ».

Le 17 avril 1961, des opposants à la révolution cubaine débarquèrent avec l’aide matérielle de la CIA pour tenter de renverser le régime castriste à Cuba. « Ce fut un fiasco sanglant. Avec le blanc-seing d’un président à peine entré en fonction, la Brigade 2506 de volontaires armés par la CIA, qui avait promis une couverture aéronavale, fut écrasée par les obus des hommes de Castro. Devant une Amérique passive », a indiqué Fidel Castro.

Céline Tabou


Kanalreunion.com