Monde

Renforcer la solidarité des peuples d’Afrique et d’Amérique du Sud

Clôture du Sommet Afrique-Amérique du Sud

Témoignages.re / 26 septembre 2009

Les dirigeants africains et sud-américains, réunis au Venezuela pour le deuxième sommet de l’Amérique du Sud-Afrique (ASA), ont plaidé pour des mesures concrètes en vue d’accélérer l’integration des deux regions.
Les représentants de 61 pays des deux régions ont participé au sommet de deux jours, qui a pour thème "combler le fossé, ouvrir des opportunités". Cette vise à renforcer la coopération des pays participants devant la crise alimentaire, financière, économique et environnementale et à agrandir les accords et plans d’action signés entre les deux parties.

"Savez-vous que l’île de Margarita est le premier territoire libre au Venezuela", a ainsi salué ses collegues d’Amerique du Sud et d’Afrique le président vénézuélien Hugo Chavez, dans son discours d’accueil.

Ensuite, M. Chavez a notamment souligné la nécessité de concretiser les mécanismes etablis lors du premier Sommet de l’ASA, tenu en 2006 à Abuja, au Nigeria.

Lors du dernier sommet, "deux documents ont été approuvés (...), mais il manque l’exécution. Trois ans après, l’importance de ces documents a baissé", a-t-il indiqué.

En réponse, M. Chavez a proposé de créer un mécanisme de table ronde de presidents ou de leurs conseillers afin qu’il puisse etre dédié exclusivement à la conception d’un programme stratégique pour l’ASA.

Création de Bancasa, la banque du Sud

"Nous devons donner une vision stratégique et de faisabilité" à l’idée de l’intégration de l’Amérique du Sud et de l’Afrique avec la structuration et la mise en oeuvre d’un calendrier pour les années 2010-2020, a-t-il dit.

En outre, il a proposé la création d’une banque de l’ASA. "Je la nomme déjà Bancasa. Cette banque pourrait rapatrier nos réserves dans le Nord pour fournir des crédits à nous-mêmes," a-t-il dit.

De son coté, le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi a recommandé la création d’une organisation qui reunit les nations sud-americaines et africaines.

Selon lui, cette organisation doit être créée immédiatement afin de donner une véritable plate-forme dans le Sud, similaire à celle de l’OTAN. Cette organisation pourrait devenir l’Organisation du traité de l’Atlantique-Sud, a-t-il affirmé.

Le président de la Commission de l’Union africaine (UA), Jean Ping, et le président sud-africain Jacob Zuma a plaidé pour un renforcement de la coopération Sud-Sud.

Un nouveau modèle de la coopération Sud-Sud

"Nos relations ont un grand potentiel de succès qui permettra de réaliser le très attendu développement de nos deux continents", a affirmé M. Zuma qui a appelé à forger des liens plus étroits entre les deux regions et un système multilatéral mondial au bénéfice de tous, permettant un contrôle strict dans le système bancaire.

Pour Jean Ping, les pays africains sont prêts à prendre leur part dans la construction d’un nouveau modèle de la coopération Sud-Sud avec l’Amérique latine et le renforcement des relations d’amitié sincère, afin d’exploiter conjointement le potentiel réel des deux continents.

Croissance des échanges commerciaux

Ces dernières années, les échanges commerciaux entre les deux régions se sont developpés rapidement.

Selon les calculs du président brésilien, Luiz Inacio Lula da Silva, il y a six ans, les echanges commerciaux entre les deux régions ont atteint 36.000 millions de dollars, contre les 6.000 millions de dollars avant leur premier Sommet de 2006. "Ce qui montre un processus de renforcement de la souveraineté économique", a indiqué Lula da Silva.

Le président brésilien a d’ailleurs noté que ce sommet est le cadre idéal pour franchir une nouvelle étape dans la construction d’un partenariat entre les deux continents déterminés à construire une passerelle pour le dialogue et la collaboration, à réduire les distances, à faire rapprocher les peuples et à consolider la stratégie pour le développement et la paix.

"Telle était la vision audacieuse qui a rassemblé les pays africains et sud-américains pour la première fois à Abuja en 2006, et c’est avec beaucoup de fierté et d’optimisme que je vois les résultats deviennents plus concrets cette fois", a-t-il dit.


Kanalreunion.com