Monde

Retour triomphal d’Hugo Chavez

Bicentenaire de l’indépendance du Vénézuéla

Manuel Marchal / 6 juillet 2011

Des dizaines de milliers de Vénézuéliens massés à Miraflores, devant le palais du gouvernement, ont salué hier son retour : le Président Chavez est rentré de Cuba plus combattif que jamais au cri de « Vive le peuple vénézuélien, vive les peuples d’Amérique et des Caraïbes, vive Cuba, vive Fidel, en avant vers la victoire ! ». Il n’a fallu qu’un instant pour que tous les doutes insinués par des médias au service des anciens propriétaires du pays s’effondrent.

Le peuple vénézuélien a réservé à son dirigeant un accueil d’une très grande chaleur. Hier, à l’annonce de l’arrivée d’Hugo Chavez, ils étaient des dizaines de milliers à patienter depuis des heures sous le chaud soleil de Caracas. La rue était trop petite pour contenir la foule. Des grappes de citoyens étaient juchées sur les arbres, montées sur les toits.

JPEG - 18.3 ko
« Tu nous manques Commandante », indique cette pancarte brandie dans la foule qui patiente durant des heures ce lundi.

Pendant des heures, la foule a agité des drapeaux de Cuba, du Vénézuéla, des portraits de Fidel, de Simon Bolivar et d’Hugo Chavez. Tout le pays a participé à cet événement, retransmis en direct à la télévision. Hugo Chavez était depuis quelques semaines à Cuba pour des raisons médicales. Les spéculations sur son état de santé ont été entretenues par une presse aux ordres des anciens propriétaires du pays, et amplifiées par les relais de l’opposition à l’étranger. Incapables de triompher du parti du peuple dans les urnes, les anciens dominants ont fait courir les rumeurs les plus inquiétantes, laissant entendre qu’Hugo Chavez était dans le coma, à l’article de la mort.

« Vive le peuple vénézuélien »

Mais en un instant, toutes ces spéculations se sont effondrées.

JPEG - 37.4 ko
Peu après 17h30, Hugo Chavez apparaît au balcon du palais du gouvernement.

À 17 heures 37, Hugo Chavez est apparu, suscitant des cris de joie par milliers. Il s’est aussitôt emparé d’un drapeau du Vénézuéla qu’il a agité pendant plus d’une minute. Puis il a entonné l’hymne national, repris par des dizaines de milliers de poitrines. Il a ensuite rendu hommage à son pays et à son peuple : « Vive la révolution bolivarienne, vive le peuple vénézuélien, vive les peuples d’Amérique latine et des Caraïbes, vive Fidel, vive Cuba ». Le chef d’État a ensuite rendu hommage à toutes les composantes de son pays, en commençant par les femmes, puis les hommes, les travailleurs, les militaires, les paysans…

JPEG - 49 ko
Immédiatement, c’est l’explosion de joie : le peuple dans toute sa diversité s’exprime.

Hugo Chavez a ensuite commencé un long discours. S’estimant comptable de son état de santé devant le peuple, il a évoqué les deux interventions chirurgicales qu’il a subies à Cuba. Il a indiqué que la seconde était particulièrement délicate. Le Président Chavez a vivement remercié le peuple de Cuba et ses dirigeants de leur accueil et des soins prodigués. Il s’est engagé à suivre un strict contrôle médical jusqu’à ce qu’il ait pleinement récupéré de ses deux opérations.

Merci au peuple et à Cuba

Hugo Chavez a aussi évoqué les festivités du bicentenaire qui ont commencé dimanche pour culminer hier, 5 juillet.

JPEG - 31 ko
Ce sont des familles qui se sont déplacées par milliers pour montrer leur attachement profond au dirigeant de la révolution.

Le 5 juillet, « célébration de la République bolivarienne, la fille de Bolivar ! ». Le 5 juillet « est un jour de fête, qui encense l’amour du pays, tout le feu sacré qui est à Caracas et dans tout le Vénézuéla ». Le 5 juillet « est l’heure de naissance et de l’indépendance définitive de la patrie vénézuélienne, et moi, fils de ce peuple, ne pouvais pas manquer la célébration du bicentenaire de la naissance de la patrie, en corps, âme et esprit ».

JPEG - 23.1 ko
Pour le peuple, Hugo Chavez représente l’espoir du changement vers une société plus juste pour les nouvelles générations.

Et de conclure en remerciant le peuple pour ses prières, les médecins, la science, Fidel Castro, qui était pratiquement le chef de la légion de médecins vénézuéliens et cubains qui, dès le premier jour, fut consacrée à cette bataille qui a pu être remportée.

M.M.

JPEG - 18.9 ko
Les festivités du bicentenaire de l’indépendance se poursuivent, mais elles ont pris une autre dimension : ici, une marche de la jeunesse.


Kanalreunion.com