Monde

Second séisme au Chili

Céline Tabou / 27 août 2010

Un séisme de magnitude 5,7 s’est produit le 5 août au Chili, à proximité de la ville de Concepcion, dans le centre du pays. Le pays connaît depuis le début de l’année un enchevêtrement de catastrophe.

En février, les Chiliens ont dû faire face à un séisme d’une magnitude de 8,8 sur l’échelle de Richter, et d’un tsunami, qui a détruit de nombreux villages dans le centre du pays. Cette catastrophe avait fait 30 milliards de dollars de dégâts, et 521 morts.

33 mineurs bloqués

Depuis 19 jours, 33 personnes sont bloquées au fond d’une mine d’or et de cuivre, suite à l’éboulement de celle-ci. Située à San José, à huit cents kilomètres au nord de Santiago, ces 33 mineurs sont pris au piège à 688 mètres sous terre. Depuis, les contacts sont permanents, grâce à des petits papiers échangés, entre les miniers et les secours. Les familles présentes sur les lieux ont d’ailleurs la possibilité de leur envoyer des mots de soutien.

Les sauveteurs comptent sur la Strata 950, une puissante foreuse hydraulique, afin de tirer les mineurs. L’appareil australien de 30 tonnes doit creuser un puits par lequel sortiront les mineurs. Andres Sougarret, ingénieur du groupe minier public Codelco a expliqué à France-Soir, qu’ils vont perforer verticalement à hauteur de 33 centimètres, et « ensuite on met une tête foreuse métallique qui l’élargira à 66 cm ». Cependant, le forage va demander 120 jours, car une dizaine de mètres ne peuvent être creusés par jour. Les estimations posent à décembre, les possibilités de sortie des miniers.

Reprise politique par Sebastian Pinera

Coup médiatique à l’annonce de la survie des 33 hommes, Sebastian Pinera s’est attiré la sympathie des Chiliens, en brandissant les messages écrits par les miniers coincés. Ce dernier avait assuré après 17 jours, que les hommes allaient bien. Patricio Navia, politologue et enseignant à l’université de New York a expliqué à "L’Express", que « le président a pris un grand risque en pariant que les mineurs seraient retrouvés vivants, quand tout le monde jugeait cela improbable. Le pari a payé ».

Cette annonce va lui permettre de remonter dans les sondages, au-dessous de 50%, ce qui est une première depuis 1990. « Son rôle actif dans le drame de San José, qui émeut l’ensemble de la population, aura un énorme impact sur l’opinion. Avec ça, le président va se mettre l’opinion dans sa poche », a estimé Marta Lagos, directrice du cabinet de consultants MORI à Santiago à "L’Express".

Taxer les compagnies minières

Cette catastrophe a des chances de profiter au milliardaire et président chilien, Sebastian Pinera, qui pourra faire voter par le Congrès, où il n’a pas la majorité, son projet de relèvement de la taxe imposée aux compagnies minières. Ce projet prévoit une augmentation temporaire de la taxe aux miniers, afin de reconstruire le pays, qui a subi d’importants dégâts le 27 février, lors d’un séisme d’une magnitude de 8,8.

L’opposition de centre gauche avait estimé, lors de la première version du texte début mars, que des changements de régime fiscal pour les sociétés minières, demandaient plus de débats. Mais désormais, les élus ne pourront pas reculer, pour taxer ces compagnies.

Céline Tabou


Kanalreunion.com