Monde

Soudan du Sud : une action d’urgence s’impose pour éviter une catastrophe alimentaire

Croix-rouge internationale

Témoignages.re / 10 juin 2015

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) tire la sonnette d’alarme. Une action d’urgence s’impose pour empêcher des centaines de milliers de personnes de mourir de faim. Avec l’intensification de la violence, plus de cent mille personnes auraient été forcées d’abandonner leur foyer au cours des quatre dernières semaines.

Ces personnes déplacées viennent s’ajouter aux deux millions de personnes qui, depuis le début de la crise, il y a 18 mois, ont déjà été obligées de partir de chez elles. Beaucoup ont quitté leur pays pour se réfugier dans les pays voisins : Éthiopie, Ouganda, Soudan ou Kenya.

« On nous a informés à plusieurs reprises d’attaques directes contre des civils. Nos équipes médicales sont sur place et pour faire face à l’afflux de blessés et sauver des vies, les blocs opératoires fonctionnent 24 heures sur 24. La situation humanitaire se dégrade, de nombreuses personnes ont été tuées ou blessées, et des gens se trouvent déplacés pour la deuxième ou la troisième fois », explique Éric Marclay, chef des opérations du CICR en Afrique de l’Est.

« Il faut de toute urgence obtenir que les civils soient respectés, sans condition aucune. Les parties au conflit, la communauté internationale et les organisations humanitaires doivent prendre des mesures immédiates, durables et de grande ampleur. Les gens ont aussi désespérément besoin d’eau et de vivres, et l’accès aux soins de santé doit leur être assuré. Si la situation ne s’améliore pas, la vie de centaines de milliers de personnes est menacée », a-t-il ajouté.

La situation est particulièrement grave dans les comtés de Koch, Mayiendit, Rubkona et Leer, dans l’État de l’Unité, dans ceux de Malakal, Melu, Akoka et Longuchok, dans l’État du Haut-Nil, et à certains endroits du centre et du nord-est de l’État du Jonglei. L’activité économique est presque inexistante, les prix des denrées alimentaires augmentent et les services essentiels sont limités.

Le CICR apporte un soutien substantiel aux communautés locales. Il leur a notamment distribué des rations alimentaires, il a donné des semences et des outils aux agriculteurs et mené des campagnes de vaccination du bétail, et il a fourni des soins médicaux et chirurgicaux aux communautés touchées par les récents combats.

Mais c’est loin d’être suffisant. La situation est telle que le CICR a décidé de lancer un appel à ses donateurs en vue de recueillir 22 millions de francs suisses supplémentaires (soit 23 millions de dollars US), ce qui portera le budget total de ses opérations au Soudan du Sud à 153 millions de francs suisses (soit 162 millions de dollars US). L’objectif du CICR est de pouvoir distribuer des vivres à 340 00 personnes maximum (les prévisions initiales ciblaient 150 000 personnes), et d’augmenter les distributions de semences et les vaccinations animales. Le Soudan du Sud est, derrière la Syrie, au deuxième rang des opérations que mène le CICR dans le monde.


Kanalreunion.com