Monde

Trafic illégal d’ivoire : la filière belge

Protégeons les éléphants

Témoignages.re / 4 mars 2015

Robin des Bois explique comment la Belgique arrive à exporter de l’ivoire vers la Chine.

Madame Marie-Christine Marghem, Ministre belge de l’énergie, de l’environnement et du développement durable se félicitait hier de l’action de ses services dans la lutte contre le trafic des espèces menacées d’extinction et assurait qu’une attention particulière est portée par son pays à la protection des éléphants. En même temps, la Belgique s’apprête à écouler sur le marché international des défenses d’ivoire brut importées de France, malgré une interdiction d’exportation prise fin janvier par le Ministère français de l’écologie et immédiatement applicable.

Pour contourner la décision de la France, Cannes Enchères qui se présente depuis la Côte d’Azur comme le spécialiste mondial de la vente d’ivoire a pris contact avec l’officine belge Art on the Move. La demi-tonne d’ivoire brut soumise aux enchères le samedi 7 mars sera transférable en Belgique sous le couvert de CIC (Certificat Intra-Communautaire) puis exportée vers la Chine grâce à des permis d’exportation délivrés par les autorités belges. Art on the Move est spécialisé dans la logistique et les formalités douanières « d’objets de collection ». Le rôle de Bruxelles dans ce nouveau scandale lié à la spéculation mondiale sur l’ivoire a été mis au jour par une enquête de l’ONG Robin des Bois.

Cannes Enchères spécule sur l’ivoire et les cornes de rhinocéros. Ce n’est pas une salle des ventes, c’est une bourse aux matières premières animales. Cannes Enchères est un flamboyant représentant du capitalisme de l’extinction.
Les traders de Cannes Enchères n’hésitent pas à déclarer que « les greniers français regorgent de milliers de tonnes d’ivoire. » « Si nos autorités facilitaient leur mise sur le marché, cette nouvelle offre serait bien supérieure à la demande, les cours s’effondreraient et il n’y aurait plus de braconnage dans le monde ».
Ces discours d’agent commercial en ivoire tendent à déculpabiliser les détenteurs et vendeurs de défenses d’éléphants. La vérité est toute autre. Derrière l’ivoire réputé légal mis sur le marché mondial s’engouffre l’ivoire illégal du braconnage et disparaissent les derniers éléphants d’Afrique et d’Asie.

La Belgique comme le Royaume-Uni, la Suède, l’Allemagne et la France doit rejoindre le camp des protecteurs des éléphants. Alors même que le Kenya est en train de brûler 15 t d’ivoire provenant du braconnage, de la corruption, des vols dans les stocks gouvernementaux, la Belgique ne peut pas accepter d’être une plaque tournante du trafic d’ivoire.

Robin des Bois et 38 ONG internationales prient instamment le gouvernement belge de s’opposer à ce stratagème et de ne pas délivrer de permis d’exportation pour les défenses d’éléphant vendues par Cannes Enchères.

Madame Marghem, Ministre de l’écologie en Belgique, a été alertée sur le sujet par Madame Royal, Ministre de l’écologie en France.


Kanalreunion.com