Monde

Trois jours de deuil national au Togo

En hommage aux victimes du mitraillage du bus

Témoignages.re / 11 janvier 2010

Le gouvernement togolais a décidé de décréter trois jours de deuil national à partir d’aujourd’hui en hommage aux victimes du mitraillage du bus de l’équipe nationale de football. Au Togo, les avis sont partagés quant à la suite des événements.

Une polémique sur la participation ou non du Togo à la Coupe d’Afrique des Nations(CAN) bat son plein, suite à la décision des autorités togolaises de retirer l’équipe de la compétition et le revirement des Éperviers qui décident finalement de participer à la compétition, en mémoire des membres de la délégation tués lors de l’attaque des rebelles de Cabinda contre leur convoi vendredi.

À Lomé, les avis sont partagés. Certains Togolais, notamment des parents et familles alliées des joueurs, choqués par le douloureux événement survenu au Cabinda, optent pour le retrait des Éperviers du Togo de la CAN angolaise.

En revanche, un groupe de sportifs interrogés ce jour à Lomé, qui s’oppose à la décision du Premier ministre, Gilbert Fossoun Houngbo, de rapatrier l’équipe togolaise, indique que le Togo doit participer à la CAN, pour honorer la mémoire des disparus.

La CAN étant, non seulement une fête sportive, mais également une occasion favorable aux affaires, la décision du gouvernement de rapatrier les Éperviers n’a pas que des adeptes à Lomé, où la participation de l’équipe togolaise à cette compétition continentale offre, comme par le passé, aux gérants des débits de boisson et autres négociants en équipements électroniques, notamment les postes téléviseurs, les meilleures opportunités de faire des recettes pendant la vingtaine de jours que devra se dérouler la CAN angolaise.

Non sans toutefois compatir aux douleurs éprouvées par les membres de l’équipe, ainsi que par tout le public togolais convié par le gouvernement à observer trois jours de deuil national, à compter de lundi.


Kanalreunion.com