Monde

Typhon meurtrier aux Philippines : des centaines de morts

La saison cyclonique commence

Céline Tabou / 19 décembre 2011

Le typhon “Washi” s’est abattu sur l’île Mindanao vendredi soir. Il était accompagné de bourrasques de vent atteignant 90 km/h et de fortes pluies, faisant près de 800 morts. Les autorités ont annoncé la disparition de centaines de Philippins, et plus de 100.000 personnes ont quitté leur logement après le passage du typhon.

La tempête tropicale a également frappé la zone littorale près de la ville de Puerto Princesa sur l’île de Palawan. Selon un bilan diffusé par les autorités, la tempête a laissé des milliers de Philippins sans abri, eau et électricité, dans un paysage de désolation, envahi par l’odeur des corps décomposés. Des villages entiers ont été balayés, des routes et des ponts détruits, selon des témoins.

Inquiétude de l’ampleur des dégâts

Selon l’Agence nationale des catastrophes naturelles, les habitants ont été alertés du passage du typhon trois jours avant son arrivée, a indiqué l’agence de presse “Reuters”. « Notre centre a reçu des centaines de demandes pour tenter de retrouver des personnes disparues », a déclaré Gwendolyn Pang, secrétaire général de la PNRC, à des journalistes. Les autorités ont mobilisé des militaires pour retrouver les corps et construire des cercueils, a déclaré le général de brigade Roland Amarille, qui craint la propagation d’épidémies.
Ce dernier a précisé que la plupart des victimes venaient d’une zone pauvre de l’île, coincée entre deux rivières, « environ 70% des maisons de l’île ont été emportées dans la mer ».

Leopoldo Galon, porte-parole de l’Armée, a déclaré qu’il ne pouvait pas expliquer « comment de pareilles choses arrivent, des villages entiers ont été balayés vers la mer par des inondations subites ».
Inquiet de l’ampleur des dégâts, ce dernier s’est alarmé de la situation : « Je n’ai jamais rien vu de tel. Ça pourrait être pire que “Ondoy” ». “Ondoy” est la tempête qui avait inondé la capitale Manille en 2009 et provoqué des centaines de morts. De plus, « les régions touchées sont si étendues que les recherches n’ont pu atteindre toute la zone. Beaucoup de maisons ont été emportées, ce qui signifie que les corps (des habitants) aussi ont été déplacés », a expliqué à l’“AFP” Gwen Pang, secrétaire général de la Croix-Rouge des Philippines.

Prendre des mesures d’urgence

Les Philippines sont touchées chaque année par une vingtaine de tempêtes, mais la plupart affectent le Nord du pays, ce qui explique que les habitants des régions touchées n’étaient pas du tout préparés à cette catastrophe naturelle, selon les responsables des secours, cités par “Le Monde”. L’an dernier, deux typhons, “Nesat” et “Nalgae”, se sont abattus sur l’archipel en septembre, causant la mort d’une centaine de personnes.
Face à l’intensification des catastrophes naturelles dans le monde, la prévention et l’adaptation aux changements climatiques deviennent primordiales.

La Réunion n’est pas exemptée d’une telle catastrophe. Chaque année, l’île connait une saison cyclonique fluctuante, celle-ci pourrait devenir catastrophique comme aux Philippines ou Manille. L’an dernier, le président de l’ONERC, soutenu par Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l’Environnement, avait déposé près de 200 propositions visant à adapter et aménager le territoire français aux risques naturels. La précédente conférence de Durban a certes abouti à un accord, mais n’a pas défini de mesures spécifiques et claires à la réalisation d’un changement en matière d’environnement.

Céline Tabou


Kanalreunion.com