Monde

UEMOA : Un ministre ivoirien déplore les contrôles de trop des routes

Des péages obstacles aux échanges

Témoignages.re / 12 octobre 2009

Le ministre ivoirien des Transports, Albert Mabri Toikeusse, a dénoncé, vendredi à Ouagadougou, les contrôles abusifs et les perceptions illicites qui ont cours sur de nombreux corridors de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), soulignant que les conséquences socioéconomiques de ces pratiques anormales sont préjudiciables aux économies des pays de l’Union.

"L’ampleur de ce phénomène sur certains corridors tel qu’il ressort des études réalisées dans certains de nos Etats et du rapport de l’Observatoire des pratiques anormales nous interpelle tous", a déclaré M. Toikeusse, au cours d’une réunion des ministres en charge des Transports de l’UEMOA.

Selon le ministre des Transports ivoirien, de nombreux véhicules de transport de marchandises de l’UEMOA sont soumis à des contrôles multiples tous les 20 à 30 km, induisant des pertes de temps de plus de 24 heures par voyage.

"Les perceptions illicites qui en découlent se chiffreraient à des centaines de milliards de francs CFA par an. Cette situation est loin de s’améliorer au regard du dernier rapport de l’Observatoire des pratiques anormales, qui fait ressortir sur certains corridors, un accroissement de 9% du nombre de barrières de contrôles et de 47% des perceptions illicites du premier au second trimestre 2009", a souligné M. Mabri Toikeusse.

"Si rien n’est fait pour remédier aux multiples contrôles routiers, aux perceptions illicites et aux dommageables pertes de temps sur nos corridors, il est évident que les équations de nos braves professionnels de la chaîne des transports seraient à jamais compromises", a prévenu de son côté le ministre burkinabé des Transports, Gilbert Noël Ouédraogo.

M. Ouédraogo a, par ailleurs, annoncé que des dispositions seront prises pour concevoir un signe distinctif qui sera apposé sur les véhicules lors du premier contrôle et qui doit leur permettre de poursuivre leur déplacement sans autres contrôles intermédiaires.

Pour le représentant du président de la Commission de l’UEMOA, Rui Duarte Barros, le projet de textes en discussion dans la capitale burkinabé vise l’amélioration de la fluidité de la circulation, le gain de temps, la sécurisation et la facilitation des opérations commerciales, d’immigration et de contrôle divers aux frontières ainsi que l’efficacité et l’efficience économique de nos Etats membres.

Lors d’un Conseil des ministres des Transports tenu à Lomé, au Togo, le 25 septembre dernier, l’UEMOA avait adopté des textes relatifs au statut du réseau routier communautaire, l’entretien routier et à la sécurité routière, en vue d’accélérer le processus de la gestion efficiente des corridors de l’Union.


Kanalreunion.com